L'économie et la société à l'ère du numériqueÉdition 2019

Cet ouvrage inédit rassemble les données de la statistique publique rendant compte des transformations de l’économie et de la société par le numérique.

Insee Références
Paru le : Paru le 04/11/2019
L'économie et la société à l'ère du numérique - novembre 2019
Consulter
Sommaire

Spécialistes et compétences informatiques dans les entreprises

Insee Références

Paru le : 04/11/2019

Les sociétés des technologies, contenus et supports de l’information (TCSI) sont quatre fois plus nombreuses à employer des spécialistes informatiques que l’ensemble des sociétés de 10 personnes ou plus (69 % en 2018 contre 17 %, (figure 1)). Dans l’Union européenne, 20 % des sociétés de 10 personnes ou plus emploient des spécialistes informatiques.

Figure 1 - Emploi de spécialistes informatiques selon la taille de l’entreprise et le secteur d’activité en 2018

en %
Figure 1 - Emploi de spécialistes informatiques selon la taille de l’entreprise et le secteur d’activité en 2018 (en %) - Lecture : 17 % des sociétés emploient des spécialistes informatiques en 2018.
Ensemble 17
De 10 à 49 personnes 12
De 50 à 249 personnes 41
250 personnes ou plus 75
Secteurs des TCSI 69
Construction 5
Hébergement-restauration 7
Transports et entreposage 11
Commerce 15
Services administratifs et de soutien 16
Industrie 19
Activités spécialisées, scientifiques et techniques 28
Information-communication 72
  • Note : les sociétés des TCSI représentent 5 % des sociétés faisant partie du champ de l’enquête TIC-entreprises en 2018.
  • Lecture : 17 % des sociétés emploient des spécialistes informatiques en 2018.
  • Champ : sociétés de 10 personnes ou plus implantées en France des secteurs principalement marchands, hors secteurs agricole, financier et d’assurance.
  • Source : Insee, enquête TIC-entreprises 2018.

Figure 1 - Emploi de spécialistes informatiques selon la taille de l’entreprise et le secteur d’activité en 2018

  • Note : les sociétés des TCSI représentent 5 % des sociétés faisant partie du champ de l’enquête TIC-entreprises en 2018.
  • Lecture : 17 % des sociétés emploient des spécialistes informatiques en 2018.
  • Champ : sociétés de 10 personnes ou plus implantées en France des secteurs principalement marchands, hors secteurs agricole, financier et d’assurance.
  • Source : Insee, enquête TIC-entreprises 2018.

En 2018, 12 % des sociétés de 10 à 49 personnes emploient des spécialistes informatiques, contre 41 % des sociétés de 50 à 249 personnes et 75 % des sociétés de 250 personnes ou plus.

Dans les sociétés des TCSI comme dans l’ensemble de l’économie, la part de sociétés employant des spécialistes informatiques a très peu évolué depuis 2014, quel que soit le secteur. Cette faible augmentation peut être due à une offre d’emplois plus importante que la demande. En 2018, 9 % des sociétés avaient cherché à recruter des spécialistes informatiques l’année précédente (6 % en 2014), et plus de la moitié d’entre elles ont rencontré des difficultés de recrutement, quelle que soit leur taille. En 2018, dans les secteurs des TCSI, la moitié des sociétés avait cherché à recruter des spécialistes et sept sociétés ayant tenté de recruter sur dix ont déclaré avoir eu des difficultés de recrutement (figure 2).

Figure 2 - Emploi, tentative et difficultés de recrutement des spécialistes informatiques en 2018

en %
Figure 2 - Emploi, tentative et difficultés de recrutement des spécialistes informatiques en 2018 (en %) - Lecture : 9 % des sociétés ont tenté de recruter en 2017, 5 % ayant rencontré des difficultés dans ce recrutement.
Emploi de spécialistes informatiques Tentative de recrutement de spécialistes informatiques l'année précedente Difficultés de recrutement de spécialistes informatiques l'année précédente
Ensemble 17 9 5
De 10 à 49 personnes 12 6 3
De 50 à 249 personnes 41 20 11
250 personnes ou plus 75 48 27
Secteurs des TCSI 69 50 35
  • Note : les tentatives et difficultés de recrutement sont mesurées l’année précédente, donc en 2017. Seulement 1 % des sociétés n’employant pas ou plus de spécialistes informatiques en 2018 a cherché à recruter en 2017 contre 46 % des sociétés qui en emploient.
  • Lecture : 9 % des sociétés ont tenté de recruter en 2017, 5 % ayant rencontré des difficultés dans ce recrutement.
  • Champ : sociétés de 10 personnes ou plus implantées en France des secteurs principalement marchands, hors secteurs agricole, financier et d’assurance.
  • Source : Insee, enquête TIC-entreprises 2018.

Figure 2 - Emploi, tentative et difficultés de recrutement des spécialistes informatiques en 2018

  • Note : les tentatives et difficultés de recrutement sont mesurées l’année précédente, donc en 2017. Seulement 1 % des sociétés n’employant pas ou plus de spécialistes informatiques en 2018 a cherché à recruter en 2017 contre 46 % des sociétés qui en emploient.
  • Lecture : 9 % des sociétés ont tenté de recruter en 2017, 5 % ayant rencontré des difficultés dans ce recrutement.
  • Champ : sociétés de 10 personnes ou plus implantées en France des secteurs principalement marchands, hors secteurs agricole, financier et d’assurance.
  • Source : Insee, enquête TIC-entreprises 2018.

En 2018, 9 % des sociétés ont organisé des formations sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour leurs spécialistes informatiques, soit un peu plus de la moitié des sociétés qui en emploient. Dans les secteurs des TCSI, les formations sont plus fréquentes : 44 % des sociétés ont formé leurs spécialistes informatiques sur les TIC, soit environ les deux tiers des sociétés qui en emploient (figure 3).

Figure 3 - Emploi de spécialistes informatiques et formations dans le domaine des TIC en 2018

en %
Figure 3 - Emploi de spécialistes informatiques et formations dans le domaine des TIC en 2018 (en %) - Lecture : 19 % des sociétés ont organisé des formations dans le domaine des TIC pour leurs employés en 2018 (9 % pour leurs spécialistes informatiques, 16 % pour les autres employés).
Formations TIC Formations pour les spécialistes informatiques Formations pour les non-spécialistes informatiques Formations pour les spécialistes et les non-spécialistes informatiques Emploi de spécialistes informatiques
Ensemble 19 9 16 6 17
Sociétés employeuses de spécialistes informatiques 64 53 45 33 100
Sociétés non employeuses de spécialistes informatiques 10 /// 10 /// 0
De 10 à 49 personnes 15 5 13 3 12
De 50 à 249 personnes 36 23 29 17 41
250 personnes ou plus 70 58 58 47 75
Secteurs des TCSI 56 44 40 28 69
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • Lecture : 19 % des sociétés ont organisé des formations dans le domaine des TIC pour leurs employés en 2018 (9 % pour leurs spécialistes informatiques, 16 % pour les autres employés).
  • Champ : sociétés de 10 personnes ou plus implantées en France des secteurs principalement marchands, hors secteurs agricole, financier et d’assurance.
  • Source : Insee, enquête TIC-entreprises 2018.

En 2018, 16 % des sociétés organisent des formations sur les TIC pour les agents non spécialistes informatiques. Dans les secteurs des TCSI, elles sont 40 %. Les sociétés qui emploient des spécialistes informatiques organisent davantage ces formations pour les agents non spécialistes, ces formations pouvant être animées par leurs propres spécialistes.

La maintenance des infrastructures est la tâche informatique la plus fréquente (seulement 15 % des sociétés n’en ont pas eu besoin en 2017), et majoritairement la plus sous-traitée (62 % des sociétés ont fait principalement appel à des prestataires) (figure 4). De manière générale, dans l’ensemble des sociétés, seules les fonctions supports relatives aux logiciels bureautiques sont en majorité réalisées par les employés de la société, sa maison mère ou ses filiales (43 % des sociétés, 21 % n’étant pas concernées par ces tâches). De nos jours, les fonctions supports demandent peu de compétences pointues en informatique et peuvent être réalisées par des personnes dont ce n’est pas la principale responsabilité : ainsi, 37 % des sociétés n’employant aucun spécialiste informatique font exécuter les fonctions supports pour les logiciels de bureautique par leurs propres employés.

Figure 4 - Réalisation des tâches informatiques en 2018

en %
Figure 4 - Réalisation des tâches informatiques en 2018 (en %) - Lecture : 15 % des sociétés ne sont pas concernées par la maintenance des infrastructures informatiques ; 62 % font réaliser ces tâches principalement par un prestataire et 23 % principalement par leurs propres employés (y compris ceux de la maison mère ou des filiales).
Employés Prestataires Sociétés non concernées
Secteurs des TCSI Développement de logiciels / systèmes de gestion d’entreprise 42 31 27
Fonctions supports pour le Web 51 33 16
Développement de sites web, d’applications, etc. 45 39 16
Fonctions supports pour les logiciels / systèmes de gestion d’entreprise 46 33 21
Sécurité informatique et protection des données 56 30 14
Fonctions supports pour les logiciels bureautiques 62 19 19
Maintenance des infrastructures informatiques 60 32 8
Ensemble Développement de logiciels / systèmes de gestion d’entreprise 11 43 47
Fonctions supports pour le Web 15 44 40
Développement de sites web, d’applications, etc. 15 46 39
Fonctions supports pour les logiciels / systèmes de gestion d’entreprise 16 47 38
Sécurité informatique et protection des données 17 55 28
Fonctions supports pour les logiciels bureautiques 43 36 21
Maintenance des infrastructures informatiques 23 62 15
  • Lecture : 15 % des sociétés ne sont pas concernées par la maintenance des infrastructures informatiques ; 62 % font réaliser ces tâches principalement par un prestataire et 23 % principalement par leurs propres employés (y compris ceux de la maison mère ou des filiales).
  • Champ : sociétés de 10 personnes ou plus implantées en France des secteurs principalement marchands, hors secteurs agricole, financier et d’assurance.
  • Source : Insee, enquête TIC-entreprises 2018.

Figure 4 - Réalisation des tâches informatiques en 2018

  • Lecture : 15 % des sociétés ne sont pas concernées par la maintenance des infrastructures informatiques ; 62 % font réaliser ces tâches principalement par un prestataire et 23 % principalement par leurs propres employés (y compris ceux de la maison mère ou des filiales).
  • Champ : sociétés de 10 personnes ou plus implantées en France des secteurs principalement marchands, hors secteurs agricole, financier et d’assurance.
  • Source : Insee, enquête TIC-entreprises 2018.

Définitions


Technologies, contenus et supports de l’information (TCSI) : elles désignent les activités économiques correspondant aux codes de la nomenclature d’activités française (NAF) suivants et les produits associés : fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques (26), commerce de gros d’équipements de l’information et de la communication (46.5), édition – livres, périodiques, logiciels (58), production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision : enregistrement sonore et édition musicale (59), programmation et diffusion – radio, télévision (60), télécommunications (61), programmation, conseil et autres activités informatiques (62), services d’information dont traitement de données, hébergement et portails internet (63). Ce champ correspond approximativement aux « technologies de l’information et de la communication » (TIC) et aux « contenus et supports » définis par l’OCDE.


Spécialistes informatiques : personnes dont l’activité principale se situe dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Par exemple, développer, faire fonctionner, ou maintenir des systèmes d’information, des applications informatiques ou internet.


Technologies de l’information et de la communication (TIC) : ensemble des techniques, des équipements et des services de l’informatique, des télécommunications et du multimédia utilisés pour produire, stocker, traiter et diffuser l’information.


Fonctions supports : ensemble d’activités de gestion considérées comme ne constituant pas le cœur de métier. Dans le milieu informatique, les fonctions supports recouvrent les opérations de maintenance logicielles, mises à jour des outils informatiques, installation, correctifs, etc.


Enquête communautaire sur les technologies de l’information et de la communication dans les entreprises (TIC-entreprises) : cette enquête s’inscrit dans le dispositif d’enquêtes européennes, en application du règlement européen n° 1006/2009 du 16 septembre 2009 amendant le règlement du 21 avril 2004. Ce dispositif permet d’évaluer la progression de l’usage des TIC dans les entreprises en Europe. L’enquête TIC vise à mieux connaître l’informatisation et la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans les entreprises. Elle cherche notamment à apprécier la place des outils nouveaux dans les relations externes de l’entreprise (Internet, commerce électronique) et dans leur fonctionnement interne (réseaux, systèmes intégrés de gestion).

Champ

Technologies, contenus et supports de l’information (TCSI) : elles désignent les activités économiques correspondant aux codes de la nomenclature d’activités française (NAF) suivants et les produits associés : fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques (26), commerce de gros d’équipements de l’information et de la communication (46.5), édition – livres, périodiques, logiciels (58), production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision : enregistrement sonore et édition musicale (59), programmation et diffusion – radio, télévision (60), télécommunications (61), programmation, conseil et autres activités informatiques (62), services d’information dont traitement de données, hébergement et portails internet (63). Ce champ correspond approximativement aux « technologies de l’information et de la communication » (TIC) et aux « contenus et supports » définis par l’OCDE.

Faute de données disponibles dans la comptabilité nationale et les estimations d’emploi, il exclut la réparation d’ordinateurs et d’équipements de communication (95.1). À l’inverse, il inclut des technologies connexes aux TIC : la fabrication d’instruments et d’appareils de mesure, d’essai et de navigation, l’horlogerie (26.5), la fabrication d’équipements d’irradiation médicale, d’équipements médicaux et électro-thérapeutiques (26.6), ainsi que la fabrication de matériels optiques et photographiques (26.7). Pour l’analyse en valeur ajoutée dans la fiche 3.5, le secteur du commerce de gros d’équipement de l’information et de la communication (46.5) est ajouté à partir des données du compte du commerce aux données des autres branches des TCSI, la donnée par branche étant indisponible à ce niveau de détail de la NAF en comptabilité nationale. De même, pour des raisons de comparabilité internationale, les activités de commerce de gros d’équipements de l’information et de la communication (46.5) ne sont pas prises en compte dans la fiche 5.3.

Ce champ n’identifie pas l’ensemble de l’économie numérique. Conformément à leur objectif de décrire des activités, indépendamment de leur mode d’exercice, les nomenclatures statistiques disponibles agrègent les activités économiques sans tenir compte de leur degré de numérisation. En particulier, elles ne permettent pas d’isoler le commerce électronique et les plateformes sur Internet.

Définitions

Pour en savoir plus