Bilan économique 2017 - Guadeloupe

L’activité de la Guadeloupe est bien orientée en 2017 : les imports, l’investissement, les créations de sociétés sont en hausse. Le taux de chômage a légèrement baissé même s’il reste à un niveau structurellement très élevé. La consommation des ménages reste très dynamique et les importations ont fortement augmenté. L’inflation reprend légèrement mais reste contenue. Le cyclone Maria a perturbé le deuxième semestre pour l’agriculture, mais le tourisme est resté très dynamique : trafic aérien élevé, nuitées hôtelières en forte croissance, profitant même parfois d’un déport de la clientèle de Saint-Martin, plus durement touchée par un autre cyclone, Irma.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 4
Paru le : 31/05/2018
Consulter

Tourisme - Nette embellie de la fréquentation hôtelièreBilan éconnomique 2017

Maud Tantin-Machecler, Insee

En 2017, l’activité hôtelière de Guadeloupe confirme une croissance retrouvée ces trois dernières années avec 24 % de nuitées et 22 % de touristes arrivés dans la région de plus par rapport à 2016. Cette embellie se ressent sur le taux d’occupation des hôtels en hausse de 8,7 %. En revanche, la durée moyenne de séjours reste stable. La clientèle demeure majoritairement française, bien que moins nombreuse que les années précédentes, tandis que la clientèle étrangère ne cesse de progresser.

Insee Conjoncture Guadeloupe

No 04

Paru le : 31/05/2018

Un quart de nuitées de plus qu’en 2016

En Guadeloupe, la fréquentation hôtelière augmente pour la troisième année consécutive. Avec plus d’un million deux cent mille nuitées en 2017, elle croît de près de 24 % en un an et confirme une croissance amorcée en 2014 (+ 2,2 %, après + 2,9 % en 2015).

C’est la meilleure année pour la Guadeloupe, depuis 2010, mais également pour l’Hexagone (+ 4,9 %) et la Martinique (+ 8,6 %). Avec une hausse de 3,6 % en Guyane, 2017 est la deuxième meilleure année après 2014 (+ 9,9 %).

Entre 2010 et 2017, la croissance annuelle moyenne en Guadeloupe est d’ailleurs de 3 %, davantage qu’en Guyane (1,3 %), qu’en France hexagonale (1 %) et qu’en Martinique où elle baisse de 0,1 %.

Une hausse importante des touristes

Près de 340 000 touristes sont arrivés dans les hôtels en 2017, 22 % de plus qu’en 2016, année où une timide reprise s’est amorcée (+ 1 %) après deux années de baisse. L’année 2017 est également la meilleure depuis 2010, suivie par 2013 (336 000 visiteurs). Cette hausse se répartit de manière plus équitable que les autres années entre la clientèle française et la clientèle étrangère qui augmentent respectivement de 44 000 et de près de 17 000 visiteurs par rapport à 2016.

En Guadeloupe, comme en Martinique et Guyane, la clientèle touristique est principalement française. Néanmoins, sa proportion continue de diminuer ces dernières années en Guadeloupe. De 88 % en 2010, elle ne représente plus que 81 % en 2017, soit sept points de moins, à mettre au profit des touristes étrangers qui augmentent d’autant durant la même période et continuellement depuis 2013. En Martinique, la situation est quelque peu chaotique : après avoir augmenté entre 2013 et 2015, la clientèle étrangère diminue et ne représente plus que 10,5 % des arrivées (16 % en 2015, 11,6 % en 2016). En Guyane, elle représente 14,5 % des arrivées (10 % en 2015 et 2016).

La capacité hôtelière en hausse

En 2017, plus d’un million et cent mille chambres sont offertes dans l’hôtellerie guadeloupéenne. Cette hausse de 8,7 %, combinée à celle de 19,3 % du nombre de chambres occupées, porte le taux d’occupation de l’hôtellerie à 61,8 %. La fréquentation hôtelière fait, ainsi, un bond de 5,5 points par rapport à 2016 qui était en baisse de 2,6 points. Depuis 2010, les meilleurs taux sont enregistrés durant les années impaires et vont en progression continuelle.

Une fréquentation maximale en mars

En Guadeloupe, la saison touristique s’étale d’octobre à mars, avec des taux d’occupation qui augmentent continûment durant cette période pour atteindre son pic généralement au mois de février. En 2017, exceptionnellement, le pic se situe en mars (81 %), meilleur taux mensuel d’occupation depuis 2010. Durant les autres mois, les taux fluctuent avec le calendrier des vacances scolaires et varient, entre 46 % (en juin) et 61 % (en avril). Le taux d’occupation du dernier trimestre 2017 est même meilleur qu’en 2016, alors que la Guadeloupe a subi le passage du cyclone Maria en septembre.

Stabilité de la durée moyenne de séjour

En 2017, la durée moyenne de séjour en Guadeloupe est de 3,6 jours, soit autant qu'en 2016. Celle des touristes français, identique à la moyenne régionale, a augmenté de 0,1 point chaque année, depuis 2013. La clientèle étrangère demeure plus longtemps en Guadeloupe. Depuis 2015, la durée moyenne de leur séjour est d’environ 4,0 jours. La durée moyenne de séjour varie fortement selon les mois, entre 2,6 jours (en octobre) et 4,9 jours (en janvier).

Trois fois plus de nuitées dans les hôtels non classés

La hausse de la fréquentation touristique est portée essentiellement par les hôtels non classés qui enregistrent une augmentation de 170 % des nuitées en 2017 par rapport à 2016. Seuls les hôtels de 4-5 étoiles affichent également une hausse, mais dans une moindre mesure (+ 2,5 %). Le nombre de nuitées a baissé dans les autres catégories d’hôtels.

Figure 1Chiffres clés

Chiffres clés
2017 (en millier) Évolution 2017/2016 (en %) Évolution annuelle Moyenne 2016/2011 (en %)*
Guadeloupe 1 237 23,60 -1,8
Hexagone 117 894 4,68 -0,2
  • * : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2Augmentation des nuitées plus forte en Guadeloupe qu’en HexagoneÉvolution des nuitées et des arrivées dans les hôtels (en indice, base 100 en 2010)

Augmentation des nuitées plus forte en Guadeloupe qu’en Hexagone
Nuitées Guadeloupe Nuitées Hexagone Arrivées Guadeloupe Arrivées Hexagone
2010 100 100 100 100
2011 110 103 106 103
2012 108 103 103 104
2013 107 103 110 104
2014 95 101 93 103
2015 97 103 90 105
2016 100 102 91 105
2017 124 107 111 110
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2Augmentation des nuitées plus forte en Guadeloupe qu’en HexagoneÉvolution des nuitées et des arrivées dans les hôtels (en indice, base 100 en 2010)

  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3La majorité des clients vient de l'HexagoneFréquentation des hôtels en 2016 (en millier et jour)

La majorité des clients vient de l'Hexagone
Effectif 2017 Effectif 2016 Évolution 2017/2016 (en %) Évolution 2016/2015 (en %)
Arrivées (en millier) 339 279 21,8 0,9
Français 274 230 19,2 -3,2
Étrangers 65 49 34,2 25,7
Part des arrivées étrangères 19,3 17,5 +1,8 point +3,5 points
Nuitées (en millier) 1 237 1 001 23,6 2,9
Français 973 807 20,6 -0,3
Étrangers 264 193 36,2 19,4
Part des nuitées étrangères 21,3 19,3 +2,0 points + 2,7 points
Durée moyenne de séjour (en jour) 3,6 3,3 // //
Français 3,6 3,3 // //
Étrangers 4,0 3,8 // //
Taux d'occupation (en %) 56,3 61,8 +5,5 points -2,6 points
Nombre de chambres offertes 1 020 347 1 109 477 8,7 2,7
Nombre de chambres occupées 574 950 685 862 19,3 -1,8
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4Occupation maximale en début d'année en Guadeloupe, durant la période estivale en HexagoneÉvolution du taux d'occupation des chambres dans l'hôtellerie en 2016 et 2017 (en %)

Occupation maximale en début d'année en Guadeloupe, durant la période estivale en Hexagone
Guadeloupe Hexagone
janv.-16 72 46
févr.-16 77 50
mars-16 75 56
avr.-16 58 55
mai-16 48 61
juin-16 41 67
juil.-16 50 66
août-16 46 64
sept.-16 33 67
oct.-16 54 61
nov.-16 54 54
déc.-16 61 50
janv.-17 76 50
févr.-17 79 53
mars-17 81 57
avr.-17 67 60
mai-17 51 61
juin-17 46 69
juil.-17 52 69
août-17 52 68
sept.-17 46 70
oct.-17 55 63
nov.-17 62 58
déc.-17 67 53
janv.-18 81 51
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4Occupation maximale en début d'année en Guadeloupe, durant la période estivale en HexagoneÉvolution du taux d'occupation des chambres dans l'hôtellerie en 2016 et 2017 (en %)

  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5Des durées moyennes de séjour en hausseÉvolution des durées moyennes de séjour selon la clientèle (en jour)

Des durées moyennes de séjour en hausse
Moyenne générale Moyenne des Français Moyenne des Étrangers
2010 3,26 3,22 3,55
2011 3,36 3,31 3,76
2012 3,41 3,31 4,54
2013 3,18 3,16 3,36
2014 3,32 3,26 3,76
2015 3,52 3,41 4,18
2016 3,6 3,5 4
2017 3,65 3,55 4,03
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5Des durées moyennes de séjour en hausseÉvolution des durées moyennes de séjour selon la clientèle (en jour)

  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 6Forte hausse des nuitées dans les hôtels non classésNombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie (en millier et %)

Forte hausse des nuitées dans les hôtels non classés
Nuitées en 2017 Évolution 2017/2016 (%)
Guadeloupe Hexagone Guadeloupe Hexagone
1-2 étoiles 90 56 235 -13,1 -2,8
3 étoiles 553 78 477 -3,1 4,7
4-5 étoiles 178 53 326 2,5 9,8
Non classés 416 21 896 171,8 17,0
Total 1 237 209 934 23,6 4,9
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Champ

Hôtels de Guadeloupe et de l'Hexagone y compris la Corse.