Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages / Camme

Sources
Dernière mise à jour le : 28/12/2016

Présentation de l'opération

Organisme producteur :

Insee. Direction des statistiques démographiques et sociales (DSDS)

Type d'opération :

Enquête

Objectifs :

Afin de suivre l'opinion que portent les ménages sur leur environnement économique et sur leur propre situation personnelle, une enquête de conjoncture auprès des ménages est réalisée chaque mois par les États membres de l'Union européenne.

Cette enquête, baptisée Camme en France, a pour objectif de recueillir, mois par mois, des informations sur le comportement des consommateurs, ainsi que sur leurs anticipations en matière de consommation et d'épargne.

Elle mesure également les phénomènes conjoncturels tels qu'ils sont perçus par les ménages (évolution des prix, etc.). L'enquête Camme fournit ainsi une aide au diagnostic conjoncturel de l'économie française.

Un diagnostic conjoncturel et des prévisions à court terme de consommation des ménages est établi. Cette analyse est fréquemment commentée dans les médias sous la désignation de "Moral des français".

Thèmes abordés :

Parmi les thèmes abordés, on peut citer l'opinion que se font les ménages, résidant en métropole, sur :

- la conjoncture économique générale de la France (situation économique générale, chômage, inflation) ;
- leur situation financière personnelle ;
- leurs intentions en matière d'épargne et de consommation.

Pour ces différents thèmes on demande l'opinion des ménages sur l'évolution passée et l'évolution future (sur une période de douze mois avant et après la date d'interrogation).

En outre, l'enquête Camme est le support de "micro plateformes" composées de vingt questions maximum, permettant d'aborder des thèmes d'actualité dans des délais rapides (logement, pratiques environnementales, bien-être…). 

Champ de l'opération

Champ géographique :

L'enquête couvre la France métropolitaine.

Caractéristiques techniques

Unité statistique enquêtée :

Ménage

Périodicité de l'opération :

Mensuelle

Période et mode de collecte :

Jusqu'en 2007, l'enquête avait lieu chaque mois sauf au mois d'août. Depuis 2008, elle a lieu tous les mois.

Les ménages sont interrogés trois mois de suite.

La collecte est réalisée par téléphone. L'interrogation a lieu au cours des trois premières semaines de chaque mois.

Historique :

L'enquête de conjoncture auprès des ménages s'inscrit dans un dispositif mis en place par l'Insee depuis 1958 avec un triple objectif :

- recueillir l'opinion des ménages sur certains indicateurs conjoncturels ;
- étudier les intentions d'achats de biens d'équipement des ménages  ;
- étudier les vacances des Français.

Au départ, l'enquête est semestrielle, puis devient quadrimestrielle à partir de 1965.

En 1972, elle est réalisée de manière harmonisée dans le cadre communautaire européen. Depuis cette date la Commission européenne a en effet mis en place le système européen harmonisé des enquêtes de conjoncture, auquel contribuent maintenant les États membres de l'Union européenne.

Depuis janvier 1987, a été lancée une enquête mensuelle de conjoncture - dénommée alors Camme - dont le questionnaire est une reprise de la partie conjoncturelle de l'enquête quadrimestrielle, adaptée à la demande européenne.

En 2003, une refonte de l'enquête Camme est conduite sous le triple objectif  suivant :

- adapter le questionnaire aux nouvelles demandes européennes ;
- améliorer les traitements statistiques amont et aval ;
- moderniser son traitement informatique.

Au cœur du dispositif, le module "conjoncture" est celui dans lequel sont introduites les principales modifications avec notamment deux questions quantitatives sur les prix : opinion chiffrée en pourcentage sur l'évolution des prix au cours des douze mois passés et au cours des douze mois à venir.

Ce module s'articule autour d'une partie "opinion sur la conjoncture générale en France" et sur "opinion sur la situation économique du ménage".

Plan de sondage :

Jusqu’à juin 2012, la base de sondage était constituée à partir de listes de numéros de téléphone (lignes fixes) tirées dans la base de données de France Télécom (18 millions d’abonnés).
Étaient donc exclus les ménages n'ayant pas le téléphone, ceux inscrits sur la liste rouge ou orange, ceux disposant uniquement d'un téléphone GSM (cellulaire, portable) ou dont la ligne est totalement dégroupée.

A partir de l’été 2012, l'échantillon de l'enquête Camme est constitué de ménages tirés dans le fichier de la Taxe d’habitation. Plus précisément, on enquête les ménages dont le numéro de téléphone se trouve dans l’annuaire des pages blanches.
Ce nouveau plan de sondage a permis d’améliorer la couverture de la population en particulier des plus jeunes mais elle reste incomplète car les abonnés sur liste rouge (liste d'opposition) ne peuvent être sélectionnés.

Le numéro de téléphone de contact est celui de la résidence principale du ménage. L'échantillon mensuel est constitué de 3 sous-échantillons :

- le tiers "entrant" (1 100 ménages qui constituent la 1ère vague) correspond aux ménages interrogés pour la première fois ;
- le tiers "médian" à ceux qui sont interrogés pour la deuxième fois (2ème vague) ;
- le tiers "sortant" à ceux interrogés pour la troisième et dernière fois (3ème vague).

Méthodologie :

12 échantillons mensuels de 1 100 numéros de téléphone constituent ainsi la fraction "entrante", chaque unité étant interrogée trois mois consécutifs. 
Un certain nombre de numéros ne seront cependant pas réinterrogés en vagues 2 et 3 : numéros impossibles à joindre, inaptes, refus… Il faut donc compter environ 1 900 questionnaires renseignés par mois.

 Une opération méthodologique, visant à mesurer l'impact du biais de couverture de la base de sondage, avait été menée en avril 2008.

Il en résultait que, malgré son défaut de couverture, l'enquête fournit des données de qualité suffisante pour les analyses de conjoncture.


Autres spécifications :

L'enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages (Camme) figure parmi les 11 enquêtes de conjoncture réalisées par l'Insee.

Elle fait ainsi partie du système européen harmonisé des enquêtes de conjoncture auquel contribuent les États membres de l'Union européenne. Les questionnaires et les méthodes de traitement sont harmonisés.

Pour en savoir plus