300 000 points de vente dans le commerce de détail

Clément Cohen (division Commerce, Insee)

Fin 2017, la France compte 300 000 points de vente dans le commerce de détail, dont un tiers dans le commerce alimentaire. Ils génèrent en moyenne un chiffre d’affaires de 1,2 million d’euros avec une surface de vente de 240 m². Un tiers du chiffre d’affaires est concentré dans 1 % des points de vente, appartenant majoritairement à la grande distribution.

Les magasins de l’alimentaire spécialisé et des biens médicaux sont plus proches des populations que les magasins de l’équipement de la maison.

Avec 73 millions de mètres carrés de surface commerciale pour 67 millions d’habitants, la densité commerciale est de 1,09 m² par habitant en 2017.

En France, 45 % des établissements du commerce de détail et de l’artisanat commercial sont concernés par l’interdiction d’accueillir du public à la suite du décret du 23 mars 2020 dans le cadre de l’épidémie de Covid-19.

Insee Focus
No 188
Paru le : Paru le 07/04/2020
Clément Cohen (division Commerce, Insee)
Insee Focus  No 188 - avril 2020

300 000 points de vente

Fin 2017, la France compte 300 000 points de vente dans le commerce de détail en magasin et l’artisanat commercial (sources). En moyenne, ils réalisent un chiffre d’affaires de 1,2 million d’euros, occupent une surface de vente de 240 m² et emploient cinq personnes en équivalent temps plein (ETP) (figure 1). Au cours d’une année, le chiffre d'affaires par personne en ETP s’élève en moyenne à 224 000 euros ; rapporté à la surface de vente, le chiffre d’affaires par mètre carré est pour sa part de 4 760 euros.

Figure 1 - Caractéristiques des points de vente dans le commerce de détail en magasin et dans l'artisanat commercial

Figure 1 - Caractéristiques des points de vente dans le commerce de détail en magasin et dans l'artisanat commercial - Lecture : en 2017, dans les points de vente d’équipement de la maison, la surface moyenne est de 470 m².
Chiffre d'affaires moyen (en milliers d’euros) Surface de vente moyenne (en m²) Effectif (en ETP⁴) Chiffre d’affaires par mètre carré (en euros/m²) Chiffre d’affaires par personne occupée (en milliers d’euros/ETP⁴) Nombre de points de vente
Alimentaire spécialisé1 380 80 4 4 950 107 72 640
Alimentaire non spécialisé 5 000 780 16 6 440 308 32 880
Loisirs, culture et TIC2 730 220 4 3 260 170 25 400
Équipement de la maison 1 190 470 5 2 530 219 39 440
Équipement de la personne 560 150 3 3 660 170 62 110
Biens médicaux 1 090 90 4 11 250 243 36 800
Autres3 720 190 3 3 740 230 31 780
Ensemble 1 180 240 5 4 760 224 301 050
  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • 4. Équivalent temps plein.
  • Lecture : en 2017, dans les points de vente d’équipement de la maison, la surface moyenne est de 470 m².
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Un tiers du chiffre d’affaires généré par 1 % des points de vente

Certains établissements ont un poids économique considérable par rapport à la grande majorité des points de vente. Ainsi, 1 % des points de vente génèrent un tiers du chiffre d’affaires du commerce de détail en magasin, occupent un cinquième de la surface commerciale totale et emploient un quart des personnes du secteur. Ce sont à 74 % des supermarchés ou des hypermarchés et à 14 % des magasins d’équipement de la maison (quincailleries, meubles, fleuristes et jardineries). Leur rentabilité économique est nettement supérieure à la moyenne : le chiffre d’affaires par personne occupée s’élève en moyenne à 313 000 euros, et par mètre carré à 7 500 euros. En comparaison, hors hypermarchés et supermarchés, dans l’alimentaire non spécialisé, le chiffre d’affaires moyen est de 4 500 euros par mètre carré.

Un tiers des points de vente relève du commerce alimentaire

Les commerces alimentaires représentent un tiers des points de vente (figure 2). Avec un nombre réduit de points de vente (11 %), l’alimentaire non spécialisé (supérette, supermarché, hypermarché, etc.) contribue le plus à l’emploi, aux surfaces commerciales et au chiffre d’affaires (46 %). En comparaison, l’alimentaire spécialisé (y compris artisanat commercial : boulangerie, boucherie, maraîcher, chocolatier, etc.) dispose de deux fois plus de points de vente (24 %), mais génère six fois moins de chiffre d’affaires (8 %).

Dans le commerce non alimentaire, l’équipement de la personne (habillement, chaussure, maroquinerie, hygiène-beauté, horlogerie-bijouterie, etc.) compte le plus grand nombre de points de vente (21 %) pour 13 % des emplois, 13 % des surfaces et seulement 10 % du chiffre d’affaires. Pour l’équipement de la maison (électroménager, textile, quincaillerie, meubles, etc.), les surfaces commerciales sont particulièrement importantes (25 %), alors que ce secteur ne représente que 13 % des points de vente et du chiffre d'affaires et 14 % des emplois. Inversement, les commerces de biens médicaux (pharmacies, etc.) disposent de surfaces de vente beaucoup plus modestes (5 %) pour des proportions de points de vente, d’emplois ou de chiffre d’affaires équivalentes (11 %).

Figure 2 - Poids des différents secteurs du commerce de détail en magasin et de l'artisanat commercial

en %
Figure 2 - Poids des différents secteurs du commerce de détail en magasin et de l'artisanat commercial (en %) - Lecture : en 2017, 11 % des points de vente appartiennent au secteur de l’alimentaire non spécialisé. Ils génèrent 46 % de l’ensemble du chiffre d’affaires.
Chiffre d’affaires Surface de vente Effectif Nombre de points de vente
Alimentaire spécialisé1 8 7 17 24
Alimentaire non spécialisé 46 34 33 11
Loisirs, culture et TIC2 5 8 7 8
Équipement de la maison 13 25 14 13
Équipement de la personne 10 13 13 21
Biens médicaux 11 5 10 12
Autres3 7 8 6 11
Ensemble 100 100 100 100
  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • Lecture : en 2017, 11 % des points de vente appartiennent au secteur de l’alimentaire non spécialisé. Ils génèrent 46 % de l’ensemble du chiffre d’affaires.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Figure 2 - Poids des différents secteurs du commerce de détail en magasin et de l'artisanat commercial

  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • Lecture : en 2017, 11 % des points de vente appartiennent au secteur de l’alimentaire non spécialisé. Ils génèrent 46 % de l’ensemble du chiffre d’affaires.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Les pharmacies et l’alimentaire spécialisé : plus près des consommateurs

Les commerces s’implantent naturellement à proximité de leur clientèle, même si ce lien de proximité fluctue selon les secteurs (figure 3). Ainsi, la surface commerciale des secteurs des biens médicaux et de l’alimentaire spécialisé est fortement liée à la population de la commune d’implantation de ces commerces. Pour les biens médicaux, cela s’explique en partie par les autorisations d’implantation de pharmacies, qui dépendent directement de la population. À l’opposé, pour l’équipement de la maison, le lien entre surface commerciale et population est moindre : les magasins de ce secteur s’implantent dans des zones moins peuplées, avec probablement des zones de chalandise qui s’étendent au-delà de la commune.

Figure 3 - Corrélation entre la surface et le nombre d’habitants par commune

Figure 3 - Corrélation entre la surface et le nombre d’habitants par commune - Lecture : en 2017, le coefficient de corrélation entre la surface commerciale totale des points de vente de biens médicaux d’une commune et la population de la commune est de 0,97.
Coefficient de corrélation
Alimentaire spécialisé¹ 0,98
Alimentaire non spécialisé 0,90
Loisirs, culture et TIC2 0,85
Équipement de la maison 0,64
Équipement de la personne 0,93
Biens médicaux 0,97
Autres3 0,93
Ensemble 0,92
  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • Note : le coefficient de corrélation mesure l'intensité de la relation linéaire entre deux variables. Plus le coefficient est proche de 1, plus la relation positive entre les variables est forte.
  • Lecture : en 2017, le coefficient de corrélation entre la surface commerciale totale des points de vente de biens médicaux d’une commune et la population de la commune est de 0,97.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Figure 3 - Corrélation entre la surface et le nombre d’habitants par commune

  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • Note : le coefficient de corrélation mesure l'intensité de la relation linéaire entre deux variables. Plus le coefficient est proche de 1, plus la relation positive entre les variables est forte.
  • Lecture : en 2017, le coefficient de corrélation entre la surface commerciale totale des points de vente de biens médicaux d’une commune et la population de la commune est de 0,97.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

La surface des magasins dépend également du rôle de la commune au sein de son aire urbaine (figure 4). Ainsi, dans les communes des couronnes d’une aire urbaine, les surfaces de l’alimentaire spécialisé sont proportionnellement moins importantes que dans les communes du pôle de l’aire urbaine. Ces dernières disposent de plus de surfaces dans l’équipement de la personne.

Figure 4 - Surface de vente pour 1 000 habitants selon la catégorie de l’aire urbaine

en m²
Figure 4 - Surface de vente pour 1 000 habitants selon la catégorie de l’aire urbaine (en m²) - Lecture : en 2017, à Paris, les points de vente de l'alimentaire non spécialisé ont une surface de 220 m² pour 1 000 habitants.
Alimentaire non spécialisé Alimentaire spécialisé et artisanat commercial¹ Loisirs, culture et TIC² Équipement de la maison Équipement de la personne Biens médicaux Autres³ Ensemble
Paris 220 90 80 110 240 50 110 880
Couronne de Paris 290 50 50 190 100 40 50 770
Grands pôles 440 100 130 380 210 70 120 1430
Couronne des grands pôles 230 60 30 150 40 30 50 590
Moyens pôles 740 130 160 510 280 90 180 2090
Couronne des moyens pôles 100 40 30 110 20 10 40 330
Petits pôles 840 120 80 460 150 80 140 1870
Couronne des petits pôles 70 40 10 40 0 10 30 190
Communes multipolarisées des grandes aires urbaines 290 70 20 130 40 40 60 650
Autres communes multipolarisées 140 60 10 70 10 20 40 350
Communes isolées hors influence des pôles 340 110 60 120 30 40 70 770
  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • Lecture : en 2017, à Paris, les points de vente de l'alimentaire non spécialisé ont une surface de 220 m² pour 1 000 habitants.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Encadré - Des commerces fermés à la suite du décret du 23 mars 2020

Le décret n°2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 établit une liste des établissements ne pouvant plus accueillir du public, notamment les magasins de vente et les centres commerciaux ce qui inclut les points de vente. Toutefois, la totalité des commerces de détail alimentaire spécialisés et non spécialisés peuvent continuer à accueillir du public ; pour les autres secteurs d’activité, la continuité de l’activité n’est autorisée que pour une partie des commerces, à l’exception de l’équipement de la personne pour lequel tous les commerces sont concernés par l’interdiction d’accueil du public. Parmi les commerces autorisés à accueillir du public, certains ont pu néanmoins choisir ou être contraints de fermer.

En 2017, en France, ces secteurs représentent 45 % des établissements du commerce de détail et de l’artisanat commercial, 39 % de la surface commerciale totale, 31 % des emplois et 27 % du chiffre d’affaires (figure 1). La part de la surface commerciale fermée varie grandement selon les départements, en fonction de la composition des commerces : 55 % de la surface commerciale à Paris est concernée par le décret contre 26 % en Creuse (figure 2).

164 000 points de vente ne sont pas soumis à cette obligation de fermeture, soit 44 millions de mètres carrés.

Encadré - Figure 1 - Part des secteurs concernés par le décret du 23 mars 2020 dans le commerce de détail en magasin et dans l'artisanat commercial

en %
Encadré - Figure 1 - Part des secteurs concernés par le décret du 23 mars 2020 dans le commerce de détail en magasin et dans l'artisanat commercial (en %) - Lecture : en 2017, 52 % des points de vente appartenant au secteur des loisirs, culture et TIC sont dans les secteurs fermés par le décret du 23 mars 2020.
Nombre de points de vente Effectif Surface de vente Chiffre d’affaires
Alimentaire spécialisé¹ 0 0 0 0
Alimentaire non spécialisé 0 0 0 0
Loisirs, culture et TIC² 52 61 80 73
Équipement de la maison 52 44 47 47
Équipement de la personne 100 100 100 100
Biens médicaux 33 23 31 14
Autres³ 90 83 89 79
Ensemble 45 31 39 27
  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • Lecture : en 2017, 52 % des points de vente appartenant au secteur des loisirs, culture et TIC sont dans les secteurs fermés par le décret du 23 mars 2020.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Encadré - Figure 1 - Part des secteurs concernés par le décret du 23 mars 2020 dans le commerce de détail en magasin et dans l'artisanat commercial

  • 1. Y compris artisanat commercial.
  • 2. Technologies de l’information et de la communication.
  • 3. Grands magasins, bazars, carburants, biens d’occasion, autres commerces de détail spécialisés.
  • Lecture : en 2017, 52 % des points de vente appartenant au secteur des loisirs, culture et TIC sont dans les secteurs fermés par le décret du 23 mars 2020.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Encadré - Figure 2 - Part de la surface commerciale concernée par le décret du 23 mars 2020 par département

en %
Encadré - Figure 2 - Part de la surface commerciale concernée par le décret du 23 mars 2020 par département (en % ) - Lecture : en 2017, 40 % des points de vente de la Haute-Garonne appartiennent aux secteurs concernés par le décret du 23 mars 2020.
Surface commerciale
01 34
02 35
03 36
04 34
05 39
06 47
07 32
08 34
09 34
10 41
11 37
12 38
13 40
14 41
15 37
16 35
17 38
18 40
19 37
21 37
22 38
23 26
24 36
25 39
26 37
27 31
28 34
29 42
2A 44
2B 37
30 36
31 40
32 31
33 37
34 39
35 42
36 33
37 39
38 41
39 33
40 33
41 35
42 39
43 37
44 40
45 37
46 32
47 36
48 34
49 39
50 38
51 39
52 32
53 39
54 39
55 30
56 43
57 41
58 37
59 39
60 37
61 36
62 40
63 42
64 42
65 38
66 38
67 41
68 42
69 44
70 33
71 37
72 38
73 43
74 44
75 55
76 41
77 37
78 40
79 36
80 38
81 38
82 37
83 40
84 45
85 36
86 37
87 40
88 38
89 33
90 40
91 33
92 34
93 38
94 38
95 38
97 40
971 39
972 41
973 41
974 41
976 27
  • Lecture : en 2017, 40 % des points de vente de la Haute-Garonne appartiennent aux secteurs concernés par le décret du 23 mars 2020.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Encadré - Figure 2 - Part de la surface commerciale concernée par le décret du 23 mars 2020 par département

  • Lecture : en 2017, 40 % des points de vente de la Haute-Garonne appartiennent aux secteurs concernés par le décret du 23 mars 2020.
  • Champ : France, points de vente du commerce de détail en magasin ou de l’artisanat commercial ouverts toute l’année.
  • Source : Insee, répertoire statistique Sirus, base non-salariés, répertoire Sirene géolocalisé des établissements, Cotisation foncière des entreprises (CFE), Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et enquête sectorielle annuelle (ESA).

Sources

Les données sont issues du répertoire statistique Sirus, enrichies par l’utilisation de sources administratives et statistiques : le répertoire Sirene géolocalisé des établissements, la base non-salariés, la Cotisation foncière des entreprises (CFE), la Taxe sur les surfaces commerciales (Tascom) et l’Enquête sectorielle annuelle (ESA). Les dernières données disponibles portent sur les locaux utilisés en 2017 dont la valeur locative détermine la cotisation foncière due en 2019.

Les établissements du champ sont ceux du commerce de détail en magasin (groupes 47.1 à 47.7 de la nomenclature française d’activité ; figure 1) et de l’artisanat commercial (sous-classes 10.13B et 10.71B à 10.71D). Les établissements considérés possèdent un local en France, y compris Mayotte, et ont été actifs toute l’année.

Des changements de source et de méthode dans l’identification des points de vente empêchent les comparaisons entre les résultats de l’enquête 2014 et cette publication.

Codes NAF

Codes NAF
Codes de la NAF
Alimentaire spécialisé et artisanat commercial 47.21Z à 47.29Z, 10.13B et 10.71B à 10.71D
Alimentaire non spécialisé 47.11A à 47.11F
Loisirs, culture et TIC* 47.41Z, 47,42Z, 47.43Z et 47.61Z à 47.65Z
Équipement de la maison 47.51Z à 47.59B et 47.76Z
Équipement de la personne 47.71Z, 47.72A, 47.72B, 47.75Z et 47.77Z
Biens médicaux 47.73Z, 47.74Z et 47.78A
Autres 47.19A, 47.19B, 47.30Z, 47.78B, 47.78C, 47.79Z
  • *Technologies de l’information et de la communication.

Définitions


Un point de vente, ou magasin, est un établissement de vente au détail qui a une réelle activité de vente et qui possède donc une surface de vente.

On exclut donc les établissements auxiliaires, comme les entrepôts ou les bureaux d'unité légale commerciale, sans chiffre d'affaires propre.


L'emploi total comprend l'emploi salarié et l'emploi non salarié. Il est exprimé en nombre de personnes.


Un supermarché est un établissement de vente au détail en libre-service réalisant plus des deux tiers de son chiffre d'affaires en alimentation et dont la surface de vente est comprise entre 400 et 2 500 m².


Un hypermarché est un établissement de vente au détail en libre-service qui réalise plus du tiers de ses ventes en alimentation et dont la surface de vente est supérieure ou égale à 2 500 m².


Une aire urbaine ou « grande aire urbaine » est un ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) de plus de 10 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.

Le zonage en aires urbaines 2010 distingue également :

- les « moyennes aires », ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) de 5 000 à 10 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.

- les « petites aires », ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle (unité urbaine) de 1 500 à 5 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.


La couronne recouvre l'ensemble des communes de l'aire urbaine à l'exclusion de son pôle urbain. Ce sont des communes ou unités urbaines, dont au moins 40 % des actifs résidents travaillent dans le pôle ou dans les communes attirées par celui-ci.


Le pôle urbain est une unité urbaine offrant au moins 10 000 emplois et qui n'est pas située dans la couronne d'un autre pôle urbain. On distingue également des moyens pôles - unités urbaines de 5 000 à 10 000 emplois et les petits pôles - unités urbaines de 1 500 à moins de 5 000 emplois.

Pour en savoir plus

Perrin-Haynes J., « Les hypermarchés n° 1 des ventes de produits alimentaires », Insee Focus n° 187, avril 2020.

Les entreprises en France, coll. « Insee Références », édition 2019.

Kfoury J. et al., « Les points de vente du commerce de détail », Insee Première n° 1668, septembre 2017.

Cazaubiel A. et al., « La déprise du commerce de proximité dans les centres-villes des villes de taille intermédiaire », Insee Première n° 1782, novembre 2019.