En 2018, quatre personnes sur dix se marient dans le département où elles sont nées

Sylvain Papon (division Enquêtes et études démographiques, Insee)

En 2018, 235 000 mariages ont été célébrés en France. Depuis six ans, le nombre de mariages est stable, après avoir tendanciellement baissé depuis 2000. Pour la première fois depuis la promulgation de la loi du 17 mai 2013, moins de 7 000 mariages de couples de même sexe ont été célébrés.

42 % des personnes mariées en 2018 se sont unies dans leur département de naissance et 8 % dans leur commune de naissance. C’est davantage le cas dans le nord et l’est de la France, ainsi que dans les DOM, mais rare en Île-de-France.

Les mariés les plus jeunes, les personnes qui se marient pour la première fois et celles en couple de sexe différent se marient plus près de leur lieu de naissance que les autres.

Huit personnes sur dix se marient dans leur commune de résidence. Cela est plus fréquent pour les mariés les plus âgés, ceux de nationalité étrangère et ceux en couple de même sexe.

Insee Focus
No 183
Paru le : Paru le 11/02/2020
Sylvain Papon (division Enquêtes et études démographiques, Insee)
Insee Focus  No 183 - février 2020

Depuis six ans, le nombre de mariages stagne

En 2018, 234 700 mariages ont été célébrés en France (figure 1), soit environ autant qu’en 2017 (233 900 mariages). Le nombre de mariages entre personnes de sexe différent s’élève à 228 300 ; il est relativement stable ces six dernières années, pendant lesquelles il a fluctué entre 225 600 et 231 200.

Depuis 60 ans, le nombre de mariages n’a cependant jamais été aussi faible que ces dernières années. De 1958 à 1972, le nombre de mariages augmentait compte tenu du rajeunissement de l’âge au mariage et de l’arrivée des générations nombreuses du baby boom à l’âge adulte. Il avait alors atteint le point culminant de 423 000 mariages. Il a ensuite diminué jusqu’à la fin des années 1980 : 271 800 mariages ont été célébrés en 1987. Entre 1988 et 1999, le nombre de mariages a évolué entre 260 000 et 300 000, sans qu’une tendance à la hausse ou à la baisse ne se dessine. Après la mise en place du Pacs (fin 1999), le nombre de mariages a repris sa baisse tendancielle, avec une exception notable entre 2010 et 2012. En 2011, consécutivement à une modification de la législation fiscale, les couples qui se marient ou se pacsent n’ont plus la possibilité de faire trois déclarations de revenus différentes l’année de leur union [Bellamy, Beaumel, 2014]. Ce dispositif permettait à des personnes choisissant de s’unir en milieu d’année de réduire leur impôt sur le revenu. Cette réforme a pu avoir un effet dissuasif l’année de sa mise en place en 2011 entraînant ainsi une baisse des mariages, suivie d’une reprise en 2012, marquée par un effet de rattrapage dû aux reports des mariages initialement projetés pour 2011 [Mazuy, Barbieri, d’Albis, 2014].

En 2018, le nombre de mariages entre personnes de même sexe est de 6 400 (3 300 couples d’hommes et 3 100 couples de femmes). Depuis la promulgation de la loi du 17 mai 2013 autorisant le mariage aux couples de même sexe, plus de 7 000 couples de même sexe se mariaient chaque année, avec un pic à 10 500 en 2014, première année complète suivant la promulgation de la loi.

Figure 1a – Nombre de mariages depuis 1957

Figure 1a – Nombre de mariages depuis 1957
Mariages entre personnes de sexe différent Ensemble des mariages
1957 315 711
1958 316 972
1959 326 170
1960 325 812
1961 320 505
1962 322 189
1963 345 247
1964 353 570
1965 352 584
1966 345 763
1967 351 760
1968 362 890
1969 387 325
1970 400 473
1971 412 739
1972 422 958
1973 407 319
1974 401 170
1975 393 914
1976 380 098
1977 374 034
1978 360 616
1979 346 452
1980 340 303
1981 320 779
1982 318 424
1983 306 757
1984 287 845
1985 275 692
1986 272 062
1987 271 783
1988 278 062
1989 287 104
1990 294 690
1991 287 897
1992 279 338
1993 262 696
1994 260 866
1995 261 813
1996 287 144
1997 291 163
1998 278 525
1999 293 544
2000 305 234
2001 295 720
2002 286 169
2003 282 756
2004 278 439
2005 283 036
2006 273 914
2007 273 669
2008 265 404
2009 251 478
2010 251 654
2011 236 826
2012 245 930
2013 231 225 238 592
2014 230 770 241 292
2015 228 565 236 316
2016 225 612 232 725
2017 226 671 233 915
2018 228 349 234 735
  • Champ : France hors Mayotte jusqu’en 2013 et y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 1a – Nombre de mariages depuis 1957

  • Champ : France hors Mayotte jusqu’en 2013 et y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

En Île-de-France, moins d’une personne sur quatre est née dans le département où elle se marie

Parmi les personnes qui se sont mariées en 2018, 7,5 % se sont unies dans la commune où elles sont nées et 42,4 % dans leur département de naissance (figure 2). Les mariés célèbrent plus souvent leur union dans leur commune de naissance dans le nord et l’est de la France (19,3 % dans la Marne, 15,2 % dans la Somme, 13,3 % en Haute-Marne, 13,0 % dans les Ardennes), mais également dans les DOM, en Corse et en Haute-Vienne. À l’opposé, cette proportion est très faible dans les départements d’Île-de-France, en particulier en Essonne (2,2 %), en Seine-et-Marne (2,9 %) et à Paris (3,5 %), ainsi que sur la façade Atlantique (2,9 % dans les Landes).

Figure 2a – Part des personnes se mariant dans leur commune de naissance en 2018

en %
Figure 2a – Part des personnes se mariant dans leur commune de naissance en 2018 (en %) - Lecture : parmi les personnes qui se sont mariées en 2018 dans le département de l’Ain, 3,6 % ont célébré leur mariage dans la commune où elles sont nées.
Part des personnes mariées en 2018 dans leur commune de naissance
Ain 3,6
Aisne 11,8
Allier 8,3
Alpes-de-Haute-Provence 5,2
Hautes-Alpes 8,0
Alpes-Maritimes 12,3
Ardèche 4,1
Ardennes 13,0
Ariège 6,1
Aube 8,8
Aude 8,7
Aveyron 6,1
Bouches-du-Rhône 5,1
Calvados 7,7
Cantal 9,9
Charente 4,9
Charente-Maritime 5,0
Cher 9,6
Corrèze 8,8
Côte-d'Or 9,1
Côtes-d'Armor 3,9
Creuse 5,4
Dordogne 4,1
Doubs 10,2
Drôme 7,7
Eure 6,1
Eure-et-Loir 7,7
Finistère 9,1
Corse-du-Sud 15,8
Haute-Corse 9,6
Gard 7,3
Haute-Garonne 5,8
Gers 5,1
Gironde 3,7
Hérault 8,1
Ille-et-Vilaine 7,6
Indre 8,9
Indre-et-Loire 5,0
Isère 3,7
Jura 7,2
Landes 2,9
Loir-et-Cher 8,3
Loire 10,5
Haute-Loire 5,2
Loire-Atlantique 7,8
Loiret 5,7
Lot 4,8
Lot-et-Garonne 6,5
Lozère 5,4
Maine-et-Loire 9,8
Manche 11,1
Marne 19,3
Haute-Marne 13,3
Mayenne 7,6
Meurthe-et-Moselle 7,9
Meuse 8,7
Morbihan 5,2
Moselle 9,6
Nièvre 9,8
Nord 10,7
Oise 6,8
Orne 8,9
Pas-de-Calais 11,2
Puy-de-Dôme 7,0
Pyrénées-Atlantiques 6,9
Hautes-Pyrénées 9,2
Pyrénées-Orientales 6,9
Bas-Rhin 11,4
Haut-Rhin 7,8
Rhône 4,0
Haute-Saône 5,6
Saône-et-Loire 8,1
Sarthe 11,1
Savoie 7,3
Haute-Savoie 7,9
Paris 3,5
Seine-Maritime 9,7
Seine-et-Marne 2,9
Yvelines 3,9
Deux-Sèvres 7,5
Somme 15,2
Tarn 9,2
Tarn-et-Garonne 7,2
Var 7,8
Vaucluse 8,4
Vendée 4,8
Vienne 7,9
Haute-Vienne 13,1
Vosges 10,1
Yonne 8,1
Territoire de Belfort 12,2
Essonne 2,2
Hauts-de-Seine 4,2
Seine-Saint-Denis 4,3
Val-de-Marne 3,6
Val-d'Oise 4,0
Guadeloupe 12,4
Martinique 20,0
Guyane 12,4
La Réunion 30,3
Mayotte 16,2
France 7,5
  • Lecture : parmi les personnes qui se sont mariées en 2018 dans le département de l’Ain, 3,6 % ont célébré leur mariage dans la commune où elles sont nées.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 2a – Part des personnes se mariant dans leur commune de naissance en 2018

  • Lecture : parmi les personnes qui se sont mariées en 2018 dans le département de l’Ain, 3,6 % ont célébré leur mariage dans la commune où elles sont nées.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Parmi les personnes qui se marient en commune rurale, peu y sont nées du fait de l’absence de maternité. Plus la taille de l’unité urbaine augmente, plus la part de mariés nés dans la commune augmente, passant de 0,7 % dans les communes rurales à 18,7 % dans les unités urbaines de 100 000 à 200 000 habitants. Cette part redescend à 10,5 % dans les agglomérations les plus grandes hors agglomération parisienne, et à 3,7 % dans l’agglomération parisienne.

C’est dans les DOM, le nord et l’est, mais aussi dans les départements ruraux du nord-ouest de la France que l’on se marie le plus dans son département de naissance. Plus de trois personnes sur quatre qui se sont mariées en 2018 à La Réunion y étaient nées. Plus de sept nouveaux mariés sur dix en Martinique et dans le Nord y étaient nés. Dans la région Grand Est, seule la Meuse compte moins d’un marié sur deux né dans le département où le mariage a été célébré. Parmi les neuf départements où moins d’un marié sur quatre y est né, figurent tous les départements d’Île-de-France à l’exception des Yvelines (26,3 %). Ces proportions faibles s’expliquent par une mobilité résidentielle entrante importante. En effet, l’Île-de-France est économiquement attractive et de nombreuses personnes viennent y résider pour des raisons professionnelles [Caenen Y. et al., 2017], et s’y marient sans y être nées.

Les personnes en couple de même sexe se marient plus loin de leur lieu de naissance

Les mariés les plus jeunes, de moins de 25 ans, se marient davantage que les autres dans leur commune de naissance (12,7 % contre 7,5 % pour l’ensemble des mariés) et leur département de naissance (48,0 % contre 42,4 %) (figure 3). Les jeunes de moins de 25 ans qui se sont mariés en 2018 sont également plus nombreux à être nés hors de France (21,7 % contre 15,9 % pour l’ensemble des mariés quel que soit leur âge). Quant aux mariés de 60 ans ou plus, ils se marient moins souvent dans leur département de naissance (34,6 % contre 42,4 %). La différence entre les femmes et les hommes est peu marquée.

44,1 % des personnes qui se marient pour la première fois (primo-mariés) le font dans leur département de naissance contre 35,0 % pour les personnes ayant déjà été mariées. Il peut s’agir d’un effet d’âge puisque les primo-mariés sont les plus jeunes (34,6 ans contre 50,1 ans en moyenne pour les autres) et que les jeunes se marient plus souvent dans leur département de naissance. Les primo-mariés sont un peu moins souvent nés à l’étranger (15,0 % contre 19,8 %). Les mariés n’ayant pas d’enfants en commun avec leur nouveau conjoint sont 39,4 % à se marier dans leur département de naissance et 19,1 % sont nés à l’étranger, contre respectivement 49,5 % et 8,3 % pour ceux ayant déjà un enfant en commun.

Enfin, les personnes en couple de sexe différent se marient davantage à proximité de leur lieu de naissance que les personnes en couple de même sexe. Si 7,5 % des personnes en couple de sexe différent se marient dans leur commune de naissance, c’est le cas de 5,2 % des hommes mariés avec un homme et de 5,7 % des femmes mariées avec une femme. 42,7 % des personnes en couple de sexe différent se sont mariées dans leur département de naissance, contre 26,7 % seulement pour les hommes ayant épousé un homme et 36,8 % des femmes ayant épousé une femme. Les femmes qui se sont mariées avec une femme ne sont que 6,9 % à être nées à l’étranger, contre 16,8 % pour les hommes qui se sont mariés avec un homme et 16,0 % pour les conjoints des couples de sexe différent.

Figure 3 - Répartition des personnes se mariant en 2018 selon le lieu de naissance, par âge

en %
Figure 3 - Répartition des personnes se mariant en 2018 selon le lieu de naissance, par âge (en %) - Lecture : parmi les personnes de moins de 25 ans qui se sont mariées en 2018, 12,7 % ont célébré leur mariage dans la commune où elles sont nées.
Dans la même commune Dans une autre commune du même département Dans un autre département de la même région Dans une autre région de France Hors de France
Moins de 25 ans 12,7 35,3 13,4 17,0 21,7
De 25 à 34 ans 7,8 36,9 15,3 23,8 16,3
De 35 à 44 ans 6,1 34,7 15,0 27,9 16,2
De 45 à 59 ans 6,9 32,6 15,1 32,3 13,1
60 ans ou plus 7,5 27,1 14,8 35,3 15,3
Ensemble 7,5 34,9 15,1 26,6 15,9
  • Lecture : parmi les personnes de moins de 25 ans qui se sont mariées en 2018, 12,7 % ont célébré leur mariage dans la commune où elles sont nées.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 3 - Répartition des personnes se mariant en 2018 selon le lieu de naissance, par âge

  • Lecture : parmi les personnes de moins de 25 ans qui se sont mariées en 2018, 12,7 % ont célébré leur mariage dans la commune où elles sont nées.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Huit personnes sur dix se marient dans leur commune de résidence

En 2018, huit personnes sur dix se sont mariées dans leur commune de résidence (figure 4). Le mariage peut être célébré dans la mairie du domicile envisagé par le couple ou de leur résidence secondaire, mais d’autres possibilités existent. Il peut notamment être célébré dans l’une des communes de résidence d’un des conjoints avant le mariage ou dans la commune de résidence des parents des futurs époux. Cette dernière possibilité explique en grande partie que seuls 71,8 % des mariés de moins de 30 ans se marient dans leur commune de résidence, contre 81,8 % pour les mariés de 30 à 59 ans et 91,0 % pour les mariés de 60 ans ou plus. Les personnes de nationalité française sont 78,5 % à se marier dans leur commune de résidence contre 87,6 % de celles de nationalité étrangère.

Les personnes se remariant célèbrent davantage leur mariage dans la commune où elles résident (ou souhaitent résider) après le mariage : 89,3 % pour les anciens veufs et 88,0 % pour les anciens divorcés contre 77,5 % pour les primo-mariés. Enfin, les couples de même sexe s’unissent à 83,3 % dans leur commune de résidence contre 79,4 % pour les couples de sexe différent.

Figure 4 – Part des personnes se mariant dans leur commune de résidence en 2018

en %
Figure 4 – Part des personnes se mariant dans leur commune de résidence en 2018 (en %)
Part des personnes se mariant dans leur commune de résidence en 2018
Ensemble 79,5
Âge
Moins de 30 ans 71,8
De 30 à 59 ans 81,8
60 ans ou plus 91,0
Type de couple
Couple de même sexe 83,3
Couple de sexe différent 79,4
Nationalité
Française 78,5
Étrangère 87,6
État matrimonial antérieur
Célibataire 77,5
Veuf 89,3
Divorcé 88,0
  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 4 – Part des personnes se mariant dans leur commune de résidence en 2018

  • Champ : France.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Sources

Les statistiques d’état civil sur les mariages sont issues d’une exploitation des informations transmises par les mairies à l’Insee. Le Code civil oblige en effet à déclarer tout événement relatif à l’état civil (naissances, mariages, décès, reconnaissances) à un officier d’état civil dans des délais prescrits. Ces informations sont ensuite transmises à l’Insee par les mairies. L’Insee s’assure de l’exhaustivité et de la qualité des données avant de produire les fichiers statistiques d’état civil. Pour Paris, Lyon et Marseille, il s’agit des arrondissements municipaux et non de la commune prise dans son ensemble.

S’agissant de la commune de résidence du couple, elle est déclarative. Elle peut donc correspondre à la commune où le couple habite avant le mariage, ou bien celle envisagée après le mariage, mais également à la commune où il possède une résidence secondaire, sans que les données ne permettent de le distinguer.

Les données présentées ici comprennent Mayotte à partir de 2014.

Pour en savoir plus

« Les statistiques sur les mariages en 2018 », Insee Résultats, février 2020.

Papon S., Beaumel C., « Bilan démographique 2019 - La fécondité se stabilise en France », Insee Première n° 1789, janvier 2020.

Algava É., Penant S., « En 2018, 266 000 personnes vivent en couple avec un conjoint de même sexe », Insee Première n° 1774, septembre 2019.

Papon S., « En 2017, dans deux tiers des mariages entre personnes de sexe différent, la femme est plus jeune que son mari », Insee Focus n° 146, février 2019.

Caenen Y., Davy A.-C., Louchart P., Martinez C., « Mobilités résidentielles : un impact positif sur l’emploi en Île-de-France », Insee Analyses Île-de-France n° 60, mars 2017.

Bellamy V., Beaumel C., « Bilan démographique 2013 - Trois mariages pour deux Pacs », Insee Première n° 1482, janvier 2014.

Mazuy M., Barbieri M., d’Albis H., « L’évolution démographique récente en France : la diminution du nombre de mariages se poursuit », coll. « Conjoncture démographique », Ined, 2014.