Une croissance démographique toujours soutenueBilan démographique de Guyane 2018

Marcelle Jeanne Rose (Insee)

La population Guyanaise est estimée à 283 540 habitants au 1er janvier 2019. La croissance démographique est la plus élevée des régions d’Outre-Mer après Mayotte. En Guyane, outre un taux de mortalité bas, la moitié des résidents a moins de 25 ans. Cette jeunesse de la population s’explique par un taux de natalité élevé. " Par ailleurs, la Guyane reste une terre d'accueil pour certaines nationalités.

Insee Flash Guyane
No 121
Paru le : Paru le 14/01/2020
Marcelle Jeanne Rose (Insee)
Insee Flash Guyane  No 121 - janvier 2020

Au 1er janvier 2019, 283 540 habitants vivent sur le territoire guyanais. En dix ans, la population s’est accrue de 30 %. Cette tendance repose principalement sur un solde naturel positif fort avec un rythme de naissances soutenu, accompagné d’un faible taux de mortalité. En revanche, la Guadeloupe et la Martinique traversent ces dernières années une crise démographique inédite, conséquence d’un solde migratoire négatif qui affaiblit le solde naturel.

Léger ralentissement des naissances

Le nombre des naissances reste élevé avec 8 000 naissances vivantes en 2018, malgré une légère baisse (- 0,8 % par rapport à 2017). Cependant, en 10 ans, les naissances ont progressé de 28 % avec un important regain entre 2014 et 2017 porté par les naissances de mères d’origine haïtienne, en lien avec le pic migratoire de ces mêmes années. Le taux de natalité fléchit donc de 2,1 points en 2018 . Néanmoins, avec 26,4 naissances pour mille femmes, la Guyane se situe en haut du classement des régions françaises, après Mayotte 37,3 ‰, mais loin devant la Martinique (9,7 ‰), la Guadeloupe (11 ‰) et la France métropolitaine (11,1 ‰). L’âge moyen de la mère à la naissance reste stable à 28,3 ans. Il est inférieur de 2,4 ans à celui de la France métropolitaine.

Figure 1Un solde naturel très élevéNaissances, décès et solde naturel en Guyane de 1994 à 2018 (en nombre)

Un solde naturel très élevé - Lecture : en 2018, on comptait 899 décès pour 7995 naissances, soit un solde naturel de 7096 personnes.
Années Naissances Décès Solde naturel
1994 4 188 618 3 570
1995 4 211 540 3 671
1996 4 331 556 3 775
1997 4 426 598 3 828
1998 4 696 607 4 089
1999 4 907 648 4 259
2000 5 149 635 4 514
2001 5 140 660 4 480
2002 5 276 669 4 607
2003 5 553 721 4 832
2004 5 312 719 4 593
2005 5 998 705 5 293
2006 6 276 711 5 565
2007 6 386 690 5 696
2008 6 247 762 5 485
2009 6 171 699 5 472
2010 6 082 773 5 309
2011 6 259 714 5 545
2012 6 609 789 5 820
2013 6 474 767 5 707
2014 6 591 786 5 805
2015 6 806 834 5 972
2016 7 270 901 6 369
2017 8 057 964 7 093
2018 7 995 899 7 096
  • Lecture : en 2018, on comptait 899 décès pour 7995 naissances, soit un solde naturel de 7096 personnes.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Figure 1Un solde naturel très élevéNaissances, décès et solde naturel en Guyane de 1994 à 2018 (en nombre)

  • Lecture : en 2018, on comptait 899 décès pour 7995 naissances, soit un solde naturel de 7096 personnes.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Figure 2Un taux de natalité très supérieur à celui de France métropolitaineChiffres clés sur la population de Guyane et de France métropolitaine

Un taux de natalité très supérieur à celui de France métropolitaine
Guyane France métropolitaine
2008 2017 2018 2018
Naissances vivantes 6 247 8 057 7 995 719737
Age moyen de la mère 27,4 28,3 28,3 30,7
Taux de natalité (‰) 28,2 28,5 26,4 11,1
Indicateur conjoncturel de fécondité 3,56 3,82 3,56 1,84
Décès 762 964 899 594298
Taux de mortalité (‰) 3,4 3,4 3,0 9,3
Mariages enregistrés 619 572 nd 229 000
Taux de nuptialité (‰) 2,8 2,0 nd 3,5
Espérance de vie à la naissance :
Hommes 74,7 76,7(p) 78,2(p) 79,5
Femmes 81,3 82,0(p) 83,3(p) 85,4
  • nd : non disponible
  • p : provisoire
  • Source : Insee, estimations de population et statistiques de l'état civil.

L’indicateur conjoncturel de fécondité, en légère décroissance, est également l’un des plus élevés de France.

Il est de 3,56 enfants par femme. En particulier, il s’établit à 1,10 enfant par femme âgée de 15 à 24 ans et 1,71 enfant par femme âgée de 25 à 34 ans. Comme à Mayotte, le nombre important de femmes en âge de procréer explique le dynamisme démographique.

Figure 3Les jeunes générations sont majoritairesPyramides de Guyane par sexe et âge quinquennal en 2016 et 2011 (nombre de personnes pour 10 000 habitants)

Les jeunes générations sont majoritaires
Ages Hommes La Guyane 2016 Femmes La Guyane 2016 Hommes La Guyane 2011 Femmes La Guyane 2011
0 561 550 625 597
5 570 546 612 591
10 540 539 554 517
15 468 456 455 447
20 347 362 338 370
25 337 378 351 403
30 359 382 338 379
35 354 356 341 366
40 331 337 313 330
45 282 286 280 284
50 236 237 237 229
55 195 197 184 177
60 154 148 130 125
65 101 100 82 78
70 61 62 47 58
75 33 40 33 40
80 19 29 22 26
85 12 18 9 17
90 3 9 4 7
95 1 3 2 2
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Figure 3Les jeunes générations sont majoritairesPyramides de Guyane par sexe et âge quinquennal en 2016 et 2011 (nombre de personnes pour 10 000 habitants)

  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

La surmortalité infantile perdure

Le taux de mortalité infantile diminue, mais reste cependant un des plus élevés de France. Il frôle les 10 ‰ et devance celui de la Martinique (9 ‰). En cause, des pathologies particulières comme les affections périnatales et les maladies infectieuses, de mauvaises conditions sanitaires et un suivi irrégulier de la grossesse avec des risques de complications.

En 2018, 900 personnes sont décédées en Guyane, soit 70 décès de moins qu’en 2017. C’est la première baisse enregistrée depuis 2013. Toutefois en dix ans, le nombre de décès a progressé de 18 %. Le taux de mortalité reste faible, trois décès pour 1 000 habitants. C’est le taux le plus bas des régions d’outre-mer après Mayotte (2,8 ‰). Ce taux s’explique par la jeunesse de la population de ces deux territoires. L’espérance de vie des femmes (83,3 ans) reste comme ailleurs plus élevée que celle des hommes (78,2 ans) mais l’écart se résorbe au fil du temps. En effet, il est passé de 6,6 ans en 2008 à 5,1 ans en 2018.

Une forte baisse des mariages entre personnes de sexe différent

Le nombre de mariages enregistrés en 2017 est en baisse (572), après un pic observé en 2016 (631). De ce fait, le taux de nuptialité fléchit à 2,0 %, le plus faible des Départements Français d’Amérique. Cette diminution concerne principalement les mariages entre individus de sexe différent, en recul de 11,3 %. Inversement, ceux de même sexe font un bond, passant de 9 à 20 mariages célébrés. En 2016, le nombre de PACS (220) est en hausse de 21 %. Dans le même temps, le nombre de divorces prononcés (200), est en baisse de 2,9 %.

La moitié des enfants mineurs vivent dans une famille monoparentale

Sur 100 enfants mineurs en Guyane, seuls 34 vivent dans une famille avec leurs deux parents au domicile et leurs frères et sœurs s’ils en ont (contre 68 en France). Par ailleurs, 49 enfants vivent dans une famille monoparentale, et résident donc uniquement avec un de leurs parents, le plus souvent avec leur mère (contre 21 en France). Enfin, 17 enfants vivent dans une famille recomposée, dans laquelle les enfants ne sont pas tous du couple.

Définitions

L’espérance de vie à la naissance est égale à la durée de vie moyenne d’une génération fictive qui connaîtrait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de l’année considérée.

L’indicateur conjoncturel de fécondité est la somme des taux de fécondité par âge observés une année donnée. Cet indicateur donne le nombre moyen d’enfants qu’aurait une femme tout au long de sa vie si les taux de fécondité observés à chaque âge l’année considérée demeuraient inchangés.

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période.

Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours d’une période.

Le taux de mortalité (brut) est le rapport du nombre de décès de l'année à la population totale moyenne de l'année.

Le taux de mortalité infantile est le rapport entre le nombre d’enfants décédés avant leur premier anniversaire et l’ensemble des enfants nés vivants.

Le taux de natalité est le rapport du nombre de naissances vivantes de l'année à la population totale moyenne de l'année.

Pour en savoir plus

Lise Demougeot, Xavier Baert La population guyanaise à l’horizon 2050 : vers un doublement de la population ?, Insee Analyses Guyane N°36, mars 2019

Floraline Cratère La Guyane, une région jeune et cosmopolite, Insee Analyses Guyane N°35, janvier 2019

Christiane Millet, La démographie guyanaise toujours aussi dynamique, Insee Analyses Guyane N°27, janvier 2018