Déficit migratoire et hausse des décès : la Guadeloupe perd des habitantsBilan démographique 2018

Nora Éliot (Insee)

Au 1er janvier 2019, la population de la Guadeloupe est estimée à 381 300 habitants. En 2018, une légère hausse des naissances survient après six années de baisse. L’indicateur conjoncturel de fécondité progresse et s’établit à 2,03 enfants par femme. Durant cette même année, 3 260 personnes sont décédées, soit 140 de plus qu’en 2017. L’espérance de vie à la naissance reste en dessous de la moyenne de la France métropolitaine. Enfin, plus de la moitié des enfants mineurs vivent dans des familles monoparentales.

Insee Flash Guadeloupe
No 131
Paru le : Paru le 14/01/2020
Nora Éliot (Insee)
Insee Flash Guadeloupe  No 131 - janvier 2020

Au 1er janvier 2019, la population de la Guadeloupe est estimée à 381 300 habitants. En dix ans, l’archipel perd 20 000 habitants, au rythme annuel moyen de 0,5 %. Sur la même période, la population française est en augmentation continue avec + 0,4 % entre 2009 et 2019. En France, seule la Martinique est aussi confrontée à une telle crise démographique.

Un solde naturel historiquement bas

En 2018, la progression continue du nombre de décès (+ 140) et la hausse modérée des naissances (+ 120) conduisent à un solde naturel historiquement bas (+ 990), en dessous du seuil symbolique de 1 000 (figure 1).

Figure 1Léger regain des naissances en 2018Naissances, décès et solde naturel en Guadeloupe de 1994 à 2018 (en nombre)

Léger regain des naissances en 2018
Années Naissances Décès Solde naturel
1994 6 458 2 203 4 255
1995 6 403 2 339 4 064
1996 6 461 2 335 4 126
1997 6 641 2 278 4 363
1998 5 707 2 376 3 331
1999 6 481 2 504 3 977
2000 6 664 2 505 4 159
2001 6 706 2 461 4 245
2002 6 110 2 639 3 471
2003 6 102 2 522 3 580
2004 6 339 2 550 3 789
2005 6 534 2 769 3 765
2006 6 228 2 763 3 465
2007 6 050 2 649 3 401
2008 5 758 2 785 2 973
2009 5 487 2 850 2 637
2010 5 341 2 963 2 378
2011 5 384 2 835 2 549
2012 5 233 2 873 2 360
2013 5 069 2 951 2 118
2014 5 001 3 290 1 711
2015 4 714 2 906 1 808
2016 4 653 3 227 1 426
2017 4 126 3 121 1 005
2018 4 249 3 258 991
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 1Léger regain des naissances en 2018Naissances, décès et solde naturel en Guadeloupe de 1994 à 2018 (en nombre)

  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Sur les 4 250 bébés nés en Guadeloupe, 1 055 sont nés de mères âgées entre 25 et 29 ans. En 2018, l’indice conjoncturel de fécondité repasse le seuil de deux enfants et se situe à 2,03 enfants en moyenne par femme. De 2,12 en 2016, il était descendu à 1,94 en 2017 pour des raisons liées à l’épidémie du virus Zika, maladie présentant des risques de malformation du fœtus, qui aurait conduit certaines femmes à reporter leur grossesse (figure 2). L’indice conjoncturel de fécondité en Guadeloupe reste toujours supérieur à celui de France métropolitaine (1,84).

Figure 2Un taux de mortalité infantile deux fois supérieur à la métropoleChiffres clés sur la population de Guadeloupe et de France métropolitaine

Un taux de mortalité infantile deux fois supérieur à la métropole
Guadeloupe France métropolitaine
2008 2017 2018 2018
Natalité, fécondité
Naissances vivantes 5758 4126 4249 719 737
Âge moyen de la mère à la naissance 30,3 30,4 30,4 30,7
Taux de natalité (‰) 14,3 10,6 11,0 11,1
Indicateur conjoncturel de fécondité 2,20 1,74 2,03 1,84
Mortalité
Décès domiciliés 2 785 3 121 3 258 594 298
Taux brut de mortalité (‰) 6,9 8,0 8,3 9,3
Taux de mortalité infantile1 (‰) 7,2 8,2 7,3 3,6
Espérance de vie à la naissance (en année)
- hommes 75,7 77,6 (p) 77,3 (p) 79,5
- femmes 83,4 84,5 (p) 84,4 (p) 85,4
Nuptialité
Mariages enregistrés 1 502 1 136 nd 229 000
Taux brut de nuptialité (‰) 3,7 2,9 nd 3,5
  • nd : non disponible
  • p : provisoire
  • Source : Insee, estimations de population et statistiques de l'état civil, recensement de la population.

Un vieillissement continu de la population

Le vieillissement de la population guadeloupéenne résulte de la faible natalité accompagnée d’un déficit migratoire important au bénéfice de la France métropolitaine, surtout pour les jeunes. L’émigration joue en effet un rôle prépondérant sur la diminution du nombre de femmes en âge d’avoir des enfants (figure 3). En outre, le retour des jeunes partis en France métropolitaine se fait de plus en plus tardivement, accentuant ainsi le processus de vieillissement.

Figure 3Un déficit de population parmi les 20-40 ansPyramides de Guadeloupe par sexe et âge quinquennal en 2016 et 2011 (en âge et %)

Un déficit de population parmi les 20-40 ans - Lecture : la longueur des barres correspond à la proportion d’hommes et de femmes pour chaque âge.
Hommes 2016 Femmes 2016 Hommes 2011 Femmes 2011
0 0,47 0,47 0,59 0,55
1 0,51 0,51 0,61 0,63
2 0,56 0,56 0,66 0,63
3 0,58 0,59 0,69 0,65
4 0,61 0,61 0,69 0,66
5 0,63 0,60 0,70 0,71
6 0,65 0,62 0,74 0,71
7 0,68 0,65 0,71 0,71
8 0,71 0,65 0,75 0,71
9 0,72 0,67 0,80 0,76
10 0,72 0,73 0,76 0,74
11 0,73 0,72 0,83 0,73
12 0,74 0,70 0,81 0,82
13 0,76 0,75 0,81 0,75
14 0,76 0,77 0,77 0,76
15 0,79 0,76 0,81 0,78
16 0,77 0,74 0,78 0,76
17 0,76 0,76 0,79 0,78
18 0,69 0,67 0,76 0,73
19 0,66 0,60 0,69 0,64
20 0,55 0,51 0,64 0,57
21 0,54 0,47 0,56 0,54
22 0,48 0,45 0,50 0,49
23 0,46 0,46 0,50 0,48
24 0,47 0,49 0,44 0,48
25 0,45 0,49 0,43 0,50
26 0,44 0,50 0,40 0,47
27 0,41 0,51 0,44 0,54
28 0,40 0,48 0,40 0,55
29 0,39 0,53 0,40 0,58
30 0,39 0,52 0,39 0,56
31 0,38 0,53 0,40 0,59
32 0,38 0,57 0,43 0,59
33 0,43 0,65 0,45 0,62
34 0,40 0,63 0,47 0,71
35 0,40 0,61 0,53 0,74
36 0,40 0,61 0,56 0,77
37 0,44 0,61 0,59 0,82
38 0,45 0,62 0,60 0,83
39 0,51 0,73 0,70 0,90
40 0,56 0,74 0,66 0,85
41 0,57 0,77 0,66 0,85
42 0,59 0,86 0,66 0,88
43 0,64 0,83 0,70 0,88
44 0,65 0,88 0,69 0,87
45 0,69 0,84 0,74 0,89
46 0,69 0,89 0,76 0,91
47 0,69 0,87 0,75 0,90
48 0,65 0,82 0,77 0,88
49 0,73 0,89 0,71 0,84
50 0,74 0,91 0,70 0,81
51 0,75 0,92 0,70 0,77
52 0,75 0,88 0,66 0,72
53 0,76 0,86 0,63 0,73
54 0,72 0,83 0,64 0,73
55 0,69 0,80 0,59 0,72
56 0,70 0,76 0,59 0,69
57 0,67 0,80 0,54 0,66
58 0,66 0,74 0,55 0,66
59 0,64 0,72 0,55 0,65
60 0,60 0,76 0,55 0,63
61 0,60 0,72 0,52 0,61
62 0,54 0,66 0,51 0,58
63 0,59 0,66 0,50 0,58
64 0,56 0,66 0,47 0,53
65 0,54 0,62 0,44 0,53
66 0,52 0,61 0,39 0,49
67 0,52 0,57 0,40 0,47
68 0,48 0,54 0,36 0,42
69 0,44 0,57 0,35 0,42
70 0,43 0,51 0,34 0,43
71 0,40 0,46 0,31 0,37
72 0,37 0,47 0,30 0,36
73 0,33 0,41 0,29 0,36
74 0,33 0,41 0,30 0,35
75 0,29 0,38 0,26 0,36
76 0,30 0,35 0,26 0,35
77 0,26 0,34 0,21 0,29
78 0,23 0,32 0,23 0,30
79 0,24 0,31 0,18 0,26
80 0,20 0,32 0,17 0,25
81 0,21 0,29 0,16 0,24
82 0,17 0,28 0,14 0,23
83 0,18 0,24 0,13 0,21
84 0,12 0,21 0,14 0,20
85 0,12 0,21 0,11 0,19
86 0,10 0,20 0,10 0,16
87 0,10 0,16 0,09 0,16
88 0,08 0,16 0,09 0,15
89 0,09 0,15 0,06 0,11
90 0,07 0,12 0,05 0,10
91 0,05 0,11 0,05 0,09
92 0,04 0,09 0,03 0,07
93 0,04 0,10 0,03 0,05
94 0,03 0,06 0,02 0,06
95 0,03 0,04 0,02 0,04
96 0,02 0,05 0,01 0,03
97 0,02 0,03 0,01 0,03
98 0,01 0,02 0,01 0,01
99 0,01 0,02 0,00 0,02
100 0,00 0,02 0,01 0,01
  • En 2016, les hommes âgés de 16 ans représentent 0,74 % de la population de Guadeloupe et les femmes de 30 ans, 0,53 %.
  • Lecture : la longueur des barres correspond à la proportion d’hommes et de femmes pour chaque âge.
  • Source : Insee, recensements de la population en 2016 et 2011.

Figure 3Un déficit de population parmi les 20-40 ansPyramides de Guadeloupe par sexe et âge quinquennal en 2016 et 2011 (en âge et %)

  • En 2016, les hommes âgés de 16 ans représentent 0,74 % de la population de Guadeloupe et les femmes de 30 ans, 0,53 %.
  • Lecture : la longueur des barres correspond à la proportion d’hommes et de femmes pour chaque âge.
  • Source : Insee, recensements de la population en 2016 et 2011.

Ce solde migratoire négatif est à l’origine de la baisse de la population. Les départs sont de plus en plus nombreux. La contribution du solde migratoire apparent au taux de variation annuel moyen s’établit à – 1,1 % de 2012 à 2017, elle était de – 0,6 % entre 2007 et 2012. En France, seule la Martinique est également confrontée à ce phénomène démographique (– 1,1 % entre 2012 et 2017).

Davantage de décès

Le nombre de décès continue de progresser. En 2018, 3 260 personnes sont décédées en Guadeloupe : c’est 140 de plus qu’en 2017, soit une hausse de 4,2 %. Cette forte progression s’explique par l’arrivée à un âge de forte mortalité des générations issues du baby-boom.

Le taux de mortalité infantile (décès avant l’âge d’un an), reste deux fois plus élevé en Guadeloupe (7,3 ‰) qu’en France métropolitaine (3,6 ‰). Parmi les 31 enfants décédés en Guadeloupe avant d’avoir un an, six sur dix sont survenus la première semaine de vie.

En 2018, l’espérance de vie à la naissance est de 84,4 ans pour les femmes et de 77,3 ans pour les hommes (figure 2). Elle diminue aussi bien pour les hommes (– 0,3 an) que pour les femmes (– 0,1 an) par rapport à 2017. Néanmoins, l’écart d’espérance de vie entre femmes et hommes augmente légèrement, passant de 6,9 ans en 2017 à 7,1 ans en 2018, et reste plus important que l’écart en France métropolitaine (5,9 ans).

L’âge moyen de maternité au-delà des 30 ans

Les femmes de Guadeloupe font des enfants assez tardivement (30,4 ans en moyenne en 2018) par rapport à celles des autres îles de la Caraïbe. Cet âge moyen est proche de celui des mères de France métropolitaine (30,9 ans). L’âge moyen cache des disparités : les femmes inactives donnent naissance en moyenne à l’âge de 28 ans, soit quatre ans plus tôt qu’une femme exerçant une activité professionnelle.

Les naissances issues de mères mineures continuent de diminuer, 40 bébés en 2018 contre 60 en 2017, soit moins de 1 % des naissances. Ces naissances sont bien plus fréquentes en Guyane (460) et à Mayotte (470).

Le nombre de mariages continue de diminuer

En 2017, le nombre de mariages continue de diminuer : 1 140 couples se sont dit « oui » à la mairie, soit 370 de moins qu’en 2008. Le nombre de mariages enregistrés entre personnes de même sexe reste assez faible. Ainsi, les naissances hors mariages sont particulièrement élevées en Guadeloupe (80 % des naissances), davantage qu’en France métropolitaine (60 %).

Plus de la moitié des enfants mineurs vivent dans une famille monoparentale

En Guadeloupe, sur 100 enfants mineurs, 52 enfants vivent dans une famille monoparentale, le plus souvent avec leur mère (ils sont 21 en France). Seuls 39 vivent dans une famille avec leurs deux parents et leurs frères et sœurs s’ils en ont (68 en France). Enfin, neuf enfants vivent dans une famille recomposée, dans laquelle les enfants ne sont pas tous du couple.

Définitions

L’indicateur conjoncturel de fécondité est la somme des taux de fécondité par âge observés une année donnée. Cet indicateur donne le nombre moyen d’enfants qu’aurait une femme tout au long de sa vie si les taux de fécondité observés à chaque âge l’année considérée demeuraient inchangés.

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période.

Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours d’une période.

Le taux de mortalité (brut) est le rapport du nombre de décès de l’année à la population totale moyenne de l’année.

Le taux de natalité est le rapport du nombre de naissances vivantes de l’année à la population totale moyenne de l’année.

Le taux de nuptialité est le rapport du nombre de mariages enregistrés de l’année à la population totale moyenne de l’année.

Pour en savoir plus

Éliot N., « 390 253 habitants en Guadeloupe au 1er janvier 2017 », Insee Flash Guadeloupe n° 130, décembre 2019.

Demougeot L., « Bilan démographique - Un vieillissement accentué par les migrations » Insee Flash Guadeloupe n° 109, janvier 2019.