Les revenus et le patrimoine des ménagesÉdition 2018

L'Insee présente avec Les revenus et le patrimoine des ménages les principaux indicateurs et des analyses sur les inégalités monétaires, la pauvreté et le patrimoine des ménages.

Insee Références
Paru le : 05/06/2018

14 septembre 2018 : des corrections ont été effectuées dans la Vue d'ensemble (article sur les "Inégalités de vie et pauvreté en 2015 et sur longue période", partie sur la pauvreté monétaire dans l'Union européenne pages 15 et 16 du fichier téléchargeable).

Consulter

Combien coûte un jeune adulte à ses parents ?

Sébastien Grobon

En 2014, les ménages de parents d’un jeune âgé de 18 à 24 ans déclarent l’aider dans huit cas sur dix, à hauteur de 3 670 euros en moyenne par an. Cela représente un effort global de 8 % du total de leurs revenus disponibles. L’effort des parents, tel qu’ils le déclarent, est le plus important (15 %) lorsque le jeune est un étudiant qui dispose d’un logement autonome mais revient régulièrement chez ses parents (semi-cohabitant). Il est à l’inverse le moins élevé (3 %) lorsque le jeune est cohabitant en emploi. L’aide parentale s’adapte dans une certaine mesure à la situation et aux ressources du jeune, mais les moyens dont disposent les parents pour soutenir leur jeune financièrement conditionnent aussi les choix de ces derniers en matière de logement ou de poursuite d’études.

En valeur absolue, le montant de l’aide et des dépenses pour le jeune adulte augmente avec le niveau de vie des parents. Il est cinq fois plus élevé pour les 10 % des ménages de parents les plus aisés que pour les 10 % les plus modestes (7 050 euros, contre 1 310). Pour autant, le taux d’effort est relativement plus important pour les 10 % de parents les plus modestes (13 %) que pour les autres ménages (moins de 9 %, sans autre variation significative selon le niveau de vie). Même à revenu constant, il est plus élevé de moitié pour les ménages de parents cadres, signe de stratégies de reproduction sociale.

Le fait que les parents du jeune adulte soient séparés ou aient d’autres enfants à charge a aussi un effet sur l’aide. D’une part, les ménages de parents séparés ont un taux d’effort similaire à ceux restés ensemble lorsqu’ils les aident, mais sont moins nombreux à les aider. Ils aident leur enfant pour des montants moins élevés (– 30 % pour les mères séparées), toutes choses égales par ailleurs. D’autre part, un nombre d’enfants plus élevé réduit la fréquence des aides comme l’effort des parents pour chaque jeune.

Insee Références
Paru le : 06/06/2018

Pour en savoir plus