8 septembre 2020
N° 2020-227

Au deuxième trimestre 2020, l’emploi salarié baisse de nouveau nettement dans le secteur privé et chute dans la fonction publiqueEmploi salarié - deuxième trimestre 2020

Entre fin mars et fin juin 2020, l'emploi salarié chute de 0,9 %, soit 215 200 destructions nettes d'emplois après −2,0 % (−499 700 emplois) au trimestre précédent. Il retrouve ainsi fin juin 2020 un niveau comparable à celui de fin mars 2017. La baisse concerne à la fois le secteur privé (158 200 destructions nettes soit −0,8 %) et la fonction publique qui perd 57 100 emplois (soit −1,0 %).

Informations rapides
No 227
Paru le : Paru le 08/09/2020
Prochaine parution le : 08/12/2020 à 07h30 - troisième trimestre 2020
Informations rapides  No 227 - septembre 2020
Avertissement

Dans cette publication, le concept d'emploi se réfère aux critères du bureau international du travail (BIT). Sont comprises dans l'emploi à la fois les personnes ayant travaillé au moins une heure rémunérée pendant une période donnée, mais également les personnes n’ayant pas travaillé pour certaines raisons (en particulier celles en chômage partiel et en arrêt maladie). Pendant la crise sanitaire qui a commencé au premier trimestre, un nombre inédit de salariés se sont trouvés en situation de chômage partiel ou d'arrêt-maladie (y compris pour garde d'enfant) : ces personnes sont bien considérées comme en emploi.

Par ailleurs, l’introduction progressive à partir de 2016 de la déclaration sociale nominative (DSN) en remplacement du bordereau récapitulatif de cotisations (BRC) affecte transitoirement les comportements déclaratifs des entreprises. Durant la phase de montée en charge de la DSN, les chaînes de traitement statistique de l'Acoss, de la Dares et de l'Insee sont adaptées afin de tenir compte de ces changements. Ces modifications sont susceptibles de générer des révisions accrues sur les données.

215 200 destructions nettes d’emplois au deuxième trimestre : 158 200 dans le privé et 57 100 dans le public

Entre fin mars et fin juin 2020, l'emploi salarié chute de 0,9 %, soit 215 200 destructions nettes d'emplois après −2,0 % (−499 700 emplois) au trimestre précédent. Il retrouve ainsi fin juin 2020 un niveau comparable à celui de fin mars 2017. La baisse concerne à la fois le secteur privé (158 200 destructions nettes soit −0,8 %) et la fonction publique qui perd 57 100 emplois (soit −1,0 %). Au trimestre précédent, la baisse concernait quasi exclusivement le secteur privé. Sur un an, l'emploi salarié chute de 572 900 (soit −2,3 %) : −513 800 dans le privé et −59 100 dans la fonction publique.

L'intérim rebondit au deuxième trimestre 2020 : +23,0 % soit +108 100 emplois. Dans cette publication, les intérimaires sont comptabilisés au sein des services marchands, quel que soit le secteur de l'entreprise où ils effectuent leur mission (industrie, construction, services marchands ou non marchands). Dans chacun de ces secteurs, une large part de l'ajustement de court terme à la crise est d'abord passé au premier trimestre par la baisse du recours à l'intérim. Ce recours rebondit au deuxième trimestre alors que, hors intérim, l'emploi salarié baisse au contraire de 1,3 % (−323 400 emplois), davantage qu'au trimestre précédent (−0,7 %).

Sur le champ des « secteurs marchands non agricoles » (industrie, construction et tertiaire marchand), l'emploi salarié est mesuré en série longue trimestrielle depuis fin 1970. Au deuxième trimestre 2020, il chute de 0,8 % sur ce champ après −2,8 % au trimestre précédent, soit −3,6 % sur le semestre. Il s'agit de la plus forte baisse semestrielle enregistrée sur cette série. À titre de comparaison, au coeur de la crise économique de 2008/2009, l'emploi salarié marchand non agricole avait baissé de 1,7 % entre septembre 2008 et mars 2009.

Évolution de l'emploi salarié

Évolution de l'emploi salarié ()
Industrie Construction Tertiaire marchand Ensemble Tertiaire non marchand
2016-T1 3160.4 1337.3 11795.3 24605.1 8018.1
2016-T2 3150.8 1335.8 11847.8 24668.4 8033.8
2016-T3 3147.4 1334.7 11903.7 24736.4 8042.5
2016-T4 3139.8 1332.3 11949.1 24761.4 8046.0
2017-T1 3135.0 1336.6 12023.6 24857.1 8053.5
2017-T2 3135.3 1341.7 12098.9 24940.4 8060.6
2017-T3 3138.3 1342.3 12169.4 25005.2 8048.9
2017-T4 3144.0 1352.4 12262.7 25097.1 8037.6
2018-T1 3146.1 1361.5 12292.2 25138.6 8040.3
2018-T2 3147.2 1366.9 12318.1 25154.5 8023.7
2018-T3 3149.3 1371.6 12345.2 25184.3 8022.3
2018-T4 3156.4 1380.1 12389.6 25256.0 8032.6
2019-T1 3163.6 1397.8 12454.0 25345.2 8033.4
2019-T2 3165.5 1405.8 12487.3 25405.8 8049.5
2019-T3 3166.5 1416.5 12520.7 25455.6 8051.9
2019-T4 3166.9 1428.4 12593.2 25547.8 8058.8
2020-T1 3156.5 1424.9 12126.6 25048.2 8040.9
2020-T2 3128.1 1424.9 12016.1 24832.9 7969.1

Évolution de l'emploi salarié

  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Sources : Insee, Estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Accoss-Urssaf, Dares

L’emploi intérimaire rebondit : +23,0 % après une baisse historique au trimestre précédent (−40,4 %)

Au deuxième trimestre 2020, l'emploi intérimaire rebondit : +23,0 % par rapport au trimestre précédent (soit +108 100 emplois), après une chute inédite de 40,4 % au trimestre précédent (soit −318 600 emplois). Les statistiques à fréquence mensuelle (voir "Pour en savoir plus") montrent que l'emploi intérimaire se redresse dès le mois de mai et poursuit sa hausse en juin. Néanmoins, il demeure nettement au-dessous de son niveau de l'année précédente : −27,1 %, soit 215 300 destructions d'emplois sur un an.

Hors intérim, l’emploi baisse dans tous les secteurs, seule la construction se stabilise

Au deuxième trimestre 2020, l’emploi industriel hors intérim recule de 0,9 % (−28 400 emplois) après −0,3 % au trimestre précédent (soit −10 400 emplois). Sur un an, l'emploi baisse de 1,2 % dans ce secteur, soit 37 300 destructions nettes d'emplois.

Dans la construction, l'emploi salarié hors intérim se stabilise : 0,0 % après −0,2 % au trimestre précédent (−3 400 emplois). Sur un an, l'emploi demeure plus élevé qu'un an auparavant : +1,4 % soit +19 100 emplois.

Dans les services marchands, l'emploi salarié baisse de 0,9 % soit 110 600 destructions nettes, après une chute de 3,7 % au trimestre précédent (−466 500) qui était largement le fait de l'intérim. Hors intérim, l'emploi dans les services marchands se contracte de nouveau fortement : −1,9 % soit −218 700 emplois, après −1,3 % au trimestre précédent (−147 900 emplois). La baisse de ce premier semestre 2020 annule les hausses des deux dernières années et l'emploi dans les services marchands hors intérim retrouve quasiment son niveau de fin 2017. Hors intérim, l'emploi salarié se contracte dans la totalité des secteurs d'activité détaillés ; il chute notamment dans l'hébergement-restauration (−7,6 % soit −82 800 emplois, retrouvant ainsi son plus bas niveau depuis début 2015), le secteur des « services aux ménages » (−2,9 % soit −37 000, à son plus bas depuis fin 2005), les transports (−1,3 % soit −18 100) et le commerce (−0,9 % soit −29 100).

L’emploi dans les services non marchands baisse davantage qu’au trimestre précédent

L'emploi salarié dans les services principalement non marchands chute de 0,9 % au deuxième trimestre 2020, soit 71 800 destructions d'emploi, après une baisse modérée (−0,2 %) au trimestre précédent. Il retrouve son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2014. Cette baisse provient principalement de l'emploi public, qui chute de 1,0 % (−57 100) après une quasi-stabilité au premier trimestre (−0,1 %) : dans la fonction publique aussi, la crise sanitaire a limité le renouvellement de contrats à durée limitée (contractuels, vacataires, etc.).

Évolution de l'emploi salarié : en milliers

données CVS en milliers en fin de trimestre
Évolution de l'emploi salarié : en milliers (données CVS en milliers en fin de trimestre) - Lecture : au deuxième trimestre 2020, les destructions nettes d’emploi salarié dans les services marchands sont de 110 600 par rapport au trimestre précédent.
Évolution sur 3 mois Évolution sur un an Niveau
2020 2020 2020 2020
T1 T2 T2 T2
Agriculture -1,4 -4,4 -3,1 294,7
Industrie -10,4 -28,4 -37,3 3 128,1
dont industrie manufacturière -11,2 -26,4 -36,4 2 750,6
Construction -3,4 0,0 19,1 1 424,9
Services marchands -466,5 -110,6 -471,3 12 016,1
intérim (*) -318,6 108,1 -215,3 577,8
hors intérim -147,9 -218,7 -256,0 11 438,2
Services non marchands -17,9 -71,8 -80,4 7 969,1
Ensemble -499,7 -215,2 -572,9 24 832,9
Privé -492,2 -158,2 -513,8 19 097,5
Fonction publique -7,5 -57,1 -59,1 5 735,5
  • (*) Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission.
  • Lecture : au deuxième trimestre 2020, les destructions nettes d’emploi salarié dans les services marchands sont de 110 600 par rapport au trimestre précédent.
  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Sources : Insee, Estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Évolution de l'emploi salarié : en pourcentage

données CVS en % en fin de trimestre
Évolution de l'emploi salarié : en pourcentage (données CVS en % en fin de trimestre)
Évolution sur 3 mois Évolution sur un an
2020 2020 2020
T1 T2 T2
Agriculture -0,5 -1,5 -1,0
Industrie -0,3 -0,9 -1,2
dont industrie manufacturière -0,4 -1,0 -1,3
Construction -0,2 0,0 1,4
Services marchands -3,7 -0,9 -3,8
intérim (*) -40,4 23,0 -27,1
hors intérim -1,3 -1,9 -2,2
Services non marchands -0,2 -0,9 -1,0
Ensemble -2,0 -0,9 -2,3
Privé -2,5 -0,8 -2,6
Fonction publique -0,1 -1,0 -1,0
  • (*) Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission.
  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Sources : Insee, Estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Evolution de l'emploi salarié par secteur détaillé

données CVS en fin de trimestre
Evolution de l'emploi salarié par secteur détaillé (données CVS en fin de trimestre)
Code Naf rev. 2 Libellé 2020 T2
Evolution sur 3 mois Evolution sur un an Niveau
En milliers En % En milliers En % En milliers
AZ Agriculture -4,4 -1,5 -3,1 -1,0 294,7
DE Énergie, eau, déchets -2,0 -0,5 -1,0 -0,3 377,6
C1 Industrie agroalimentaire -6,6 -1,1 -3,4 -0,6 584,6
C2 Cokéfaction et raffinage -0,1 -0,6 -0,1 -1,2 9,0
C3 Biens d’équipement -3,8 -0,9 -6,2 -1,5 413,8
C4 Matériels de transport -3,5 -1,0 -3,7 -1,1 340,6
C5 Autres secteurs industriels -12,4 -0,9 -22,9 -1,6 1 402,6
FZ Construction 0,0 0,0 19,1 1,4 1 424,9
GZ Commerce -29,1 -0,9 -25,6 -0,8 3 155,0
HZ Transport -18,1 -1,3 -19,9 -1,4 1 396,0
IZ Hébergement - restauration -82,8 -7,6 -110,2 -9,8 1 011,9
JZ Information - communication -7,5 -0,9 0,5 0,1 804,7
KZ Services financiers -6,7 -0,8 -8,3 -0,9 872,6
LZ Services immobiliers -2,9 -1,2 -4,5 -1,8 242,4
MN Services aux entreprises 73,5 2,3 -234,9 -6,7 3 285,8
dont intérim 108,1 23,0 -215,3 -27,1 577,8
OQ Services non marchands -71,8 -0,9 -80,4 -1,0 7 969,1
RU Services aux ménages -37,0 -2,9 -68,4 -5,2 1 247,5
  • (*) Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission.
  • Champ : France (hors Mayotte).
  • Sources : Insee, Estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Révisions

Par rapport à l’estimation publiée le 11 juin 2020, l'ampleur de la chute de l'emploi salarié (privé et public) au premier trimestre 2020 est quasiment inchangée (revue de +2 700). Comparativement à l’estimation flash parue le 7 août 2020, le recul de l’emploi salarié sur le seul champ privé au deuxième trimestre 2020 est accentué de 38 800, soit −0,2 point. Cette révision provient principalement des services marchands hors intérim.

Révision des estimations d’emploi salarié du premier trimestre 2020 et deuxième trimestre 2020

données CVS en milliers en fin de trimestre
Révision des estimations d’emploi salarié du premier trimestre 2020 et deuxième trimestre 2020 (données CVS en milliers en fin de trimestre)
T1 2020 T2 2020
Champ tous salariés (Estimation du 11/06/2020) Champ privé seul (estimation flash du 07/08/2020)
Nouvelle estimation Révision Nouvelle estimation Révision
Agriculture -1,4 0,1 -4,3 0,1
Industrie -10,4 0,9 -28,3 -4,0
Construction -3,4 2,2 0,0 -3,7
Services marchands -466,5 1,9 -103,9 -32,2
intérim (*) -318,6 -0,5 108,1 -0,4
hors intérim -147,9 2,4 -212,0 -31,8
Services non marchands -17,9 -2,4 -21,6 1,2
Ensemble -499,7 2,7 - -
Privé -492,2 5,2 -158,2 -38,8
Fonction publique -7,5 -2,6 - -
  • (*) Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission.
  • Champ : France (hors Mayotte)
  • Sources : Insee, Estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee.

Pour en savoir plus

Ce numéro d’Informations Rapides de l’Insee est publié en partenariat avec l’Acoss et la Dares. Les estimations trimestrielles d’emploi salarié sont établies par l’Insee, en appliquant au socle annuel d’emploi les évolutions trimestrielles issues de plusieurs sources mobilisées par l'Acoss, la Dares et l’Insee. Pour l’emploi salarié privé hors intérim, les déclarations sociales nominatives (DSN), les données de la mutualité sociale agricole (MSA), ainsi que les déclarations sociales des particuliers employeurs ; pour l’emploi intérimaire, les DSN ; pour l’emploi de la fonction publique, les fichiers de paye de l’État, ainsi que les BRC et/ou les DSN. Les résultats sont publiés environ 70 jours après la fin du trimestre. L’Acoss publie également des estimations en effectifs (postes de travail) sur son propre champ et la Dares des éléments détaillés sur l’emploi intérimaire. La Dares met à disposition des séries d’emploi intérimaire à fréquence mensuelle (https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/l-emploi-interimaire). Ces publications interviennent le même jour et à la même heure que ce numéro d’Informations Rapides.

Prochaines publications : estimation flash du troisième trimestre 2020 le 6 novembre 2020 à 8h45 et estimation détaillée du troisième trimestre 2020 le 8 décembre 2020 à 7h30.

Ce numéro d’Informations Rapides de l’Insee est publié en partenariat avec l’Acoss et la Dares. Les estimations trimestrielles d’emploi salarié sont établies par l’Insee, en appliquant au socle annuel d’emploi les évolutions trimestrielles issues de plusieurs sources mobilisées par l'Acoss, la Dares et l’Insee. Pour l’emploi salarié privé hors intérim, les déclarations sociales nominatives (DSN), les données de la mutualité sociale agricole (MSA), ainsi que les déclarations sociales des particuliers employeurs ; pour l’emploi intérimaire, les DSN ; pour l’emploi de la fonction publique, les fichiers de paye de l’État, ainsi que les BRC et/ou les DSN. Les résultats sont publiés environ 70 jours après la fin du trimestre. L’Acoss publie également des estimations en effectifs (postes de travail) sur son propre champ et la Dares des éléments détaillés sur l’emploi intérimaire. La Dares met à disposition des séries d’emploi intérimaire à fréquence mensuelle (https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/l-emploi-interimaire). Ces publications interviennent le même jour et à la même heure que ce numéro d’Informations Rapides.

Prochaines publications : estimation flash du troisième trimestre 2020 le 6 novembre 2020 à 8h45 et estimation détaillée du troisième trimestre 2020 le 8 décembre 2020 à 7h30.


: bureau-de-presse@insee.fr
: