L’industrie française du meuble face à la concurrence européenne et chinoise

Sylvie Biot, Évelyne Loiselet (Service de statistiques nationales d’entreprises, Insee)

En 2018, la production française de meubles s’élève à 5,0 milliards d’euros. Les établissements producteurs sont de taille plutôt réduite et se répartissent sur l’ensemble du territoire. Le nombre de salariés a diminué de moitié en dix ans.

La France est le cinquième producteur européen, après l’Allemagne, l’Italie, la Pologne et le Royaume-Uni. Elle est très concurrencée sur ce secteur d’activité, tant par les pays européens que par la Chine ; la balance commerciale est ainsi largement déficitaire.

Insee Focus
No 164
Paru le : Paru le 09/10/2019
Sylvie Biot, Évelyne Loiselet (Service de statistiques nationales d’entreprises, Insee)
Insee Focus  No 164 - octobre 2019

Une majorité de petites unités productrices

En 2018, la France produit pour 5,0 milliards d’euros de meubles (figure 1). Cette branche d’activité génère 1,0 % des facturations de produits manufacturés (non alimentaires), mais regroupe 4,3 % des unités légales (sociétés ou entreprises individuelles) de l’industrie manufacturière. En effet, elle est constituée pour une large part de petites structures. La majorité d’entre elles réalisent un chiffre d’affaires annuel inférieur à 300 000 euros et l’effectif moyen par employeur est inférieur à 20 salariés. Néanmoins, il y a quelques grandes sociétés, comme Alsapan, Aube Bedding, Copirel, Fournier, Gautier France, HMY France, Meubles Demeyere, Parisot, Schmidt Groupe ou Steelcase SA.

Figure 1 – Production française de meubles en 2018

Figure 1 – Production française de meubles en 2018 - Lecture : en 2018, en France, 2 171 unités légales déclarent produire des meubles et 50 572 ont déclaré avoir produit des biens manufacturés non alimentaires (divisions 13 à 33 de la CPA à l'exclusion, notamment, du raffinage du pétrole et du matériel militaire) dans le cadre du dispositif Prodcom (sources).
Meubles Produits manufacturés (non alimentaires)
Nombre d'unités légales 2 171 50 572
Production* (en milliards d'euros) 5,0 476,9
  • * La production est mesurée par les facturations des produits fabriqués en France.
  • Lecture : en 2018, en France, 2 171 unités légales déclarent produire des meubles et 50 572 ont déclaré avoir produit des biens manufacturés non alimentaires (divisions 13 à 33 de la CPA à l'exclusion, notamment, du raffinage du pétrole et du matériel militaire) dans le cadre du dispositif Prodcom (sources).
  • Source : Insee, Prodcom 2018.

Une industrie implantée sur l’ensemble du territoire

Grâce au maillage de petits établissements, l’industrie du meuble est bien implantée dans toutes les régions françaises. Toutefois, quatre régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Pays de la Loire, Grand Est et Nouvelle-Aquitaine) concentrent la moitié des effectifs (54 %). Quelques grands établissements, dépassant les 500 salariés, sont présents en Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et Hauts-de-France (figure 2).

L’emploi décroît depuis dix ans, davantage encore après 2008. En 2016, la branche emploie environ 41 000 salariés contre plus du double (84 000) dix ans plus tôt. Dans le Grand Est et en Nouvelle-Aquitaine, les effectifs ont également diminué de moitié. L’emploi a le mieux résisté en Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Pays de la Loire : ces deux régions ont perdu un tiers de leur effectif en dix ans. À l’opposé, la Normandie en a perdu près des trois quarts.

Figure 2 – Effectifs salariés des établissements producteurs de meubles par région au 31 décembre 2015

Figure 2 – Effectifs salariés des établissements producteurs de meubles par région au 31 décembre 2015
Effectifs
Auvergne-Rhône-Alpes 7 010
Pays de la Loire 5 600
Grand Est 5 390
Nouvelle-Aquitaine 4 040
Bourgogne-Franche-Comté 3 770
Hauts-de-France 3 090
Île-de-France 3 080
Centre-Val de Loire 2 580
Bretagne 1 680
Occitanie 1 610
Normandie 1 410
Provence-Alpes-Côte d'Azur 950
La Réunion 230
Martinique 150
Guadeloupe 100
Guyane 40
Corse 40
France 40 770
  • Champ : établissements employeurs actifs en 2016, hors donneurs d'ordre, dont l'activité principale est la fabrication de meubles.
  • Source : Insee, Sirus.

Figure 2 – Effectifs salariés des établissements producteurs de meubles par région au 31 décembre 2015

  • Champ : établissements employeurs actifs en 2016, hors donneurs d'ordre, dont l'activité principale est la fabrication de meubles.
  • Source : Insee, Sirus.

La France est le cinquième producteur européen

En 2018, la production française de meubles représente 6 % de la production de l’Union européenne à 28 pays (UE). La France occupe le cinquième rang, après l’Allemagne (21 %), l’Italie (20 %), la Pologne (15 %) et le Royaume-Uni (9 %). Avec la France et l’Espagne (6 % chacun), ces pays se partagent 80 % de la production européenne.

Parmi les différents segments de l’industrie du meuble, celui du meuble « meublant » (meubles en bois pour chambres à coucher, salles à manger ou salles de séjour, salles de bain ou d’extérieur) prédomine en France, comme dans l’UE (figure 3). La part de la France dans le total européen est de 6 %, loin derrière la Pologne (17 %) et l’Allemagne (15 %).

Figure 3 - La production de meubles en France et dans l’Union européenne en 2018

en %
Figure 3 - La production de meubles en France et dans l’Union européenne en 2018 (en %)
France Union européenne
Meubles meublants en bois 21,2 22,8
Meubles de bureau et de magasins en bois 17,9 13,5
Meubles de cuisine en bois 17,5 15,3
Sièges (y compris parties) 15,8 22,5
Literie (sommiers et matelas) 12,5 7,0
Meubles en métal 9,9 5,8
Parties de meubles 4,6 11,2
Meubles en autres matières que bois et métal 0,6 1,9
Total 100,0 100,0
  • Sources : Insee, Eurostat, enquête EAP, liste Prodcom.

Figure 3 - La production de meubles en France et dans l’Union européenne en 2018

  • Sources : Insee, Eurostat, enquête EAP, liste Prodcom.

La production de sièges, en deuxième place au niveau européen, a fortement reculé en France. La Pologne, l’Italie et l’Allemagne produisent plus de 50 % des sièges fabriqués en Europe. La France, avec 4 % de la production, ne se situe qu’à la septième place.

Pour les meubles de cuisine en bois et les meubles de bureau et de magasins en bois, la part de la France ne dépasse pas 8 %, très loin de ses principaux concurrents. L’Allemagne domine largement sur les meubles de cuisine en bois (41 %), suivie de l’Italie (21 %) et du Royaume-Uni (18 %). Pour les meubles de bureau et de magasins en bois, l’Allemagne est également le premier fabricant en Europe avec 26 % de la production, suivie de la Pologne (15 %).

Une balance commerciale largement déficitaire

L’industrie du meuble fait face à une forte concurrence internationale émanant tant de l’UE que de la Chine, premier pays fournisseur de meubles en France.

En 2018, les importations de meubles s’élèvent à 7,2 milliards d’euros. Elles ont augmenté de plus de 20 % en dix ans et représentent une fois et demie la valeur de la production française. La Chine, l’Italie, l’Allemagne et la Pologne sont les principaux fournisseurs (figure 4). Ils livrent plus de la moitié des importations françaises. Celles venant de Chine et de Pologne ont plus que doublé en dix ans. Les sièges et leurs parties ainsi que les meubles meublants représentent plus de 80 % des importations sur le territoire français. Ils proviennent surtout de Chine et d’Italie. L’Italie est également le premier fournisseur de la France en meubles de bureau et de magasin. C’est le cas de l’Allemagne pour les meubles de cuisine et de la Belgique pour la literie.

Figure 4 - Principaux pays fournisseurs de meubles en 2018

en millions d'euros
Figure 4 - Principaux pays fournisseurs de meubles en 2018 (en millions d'euros)
Belgique 282
Portugal 442
Pologne 632
Allemagne 885
Italie 1 107
Chine 1 456
  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

Figure 4 - Principaux pays fournisseurs de meubles en 2018

  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

La France exporte 40 % de sa production, soit 2,1 milliards d’euros (figure 5). Compte tenu du niveau des importations, le déficit commercial s’élève à un peu plus de 5 milliards. Il était de 3,5 milliards en 2008 ; entre 2008 et 2018, les exportations ont baissé de 12 % et les importations ont augmenté de 20 %.

Figure 5 - Principaux pays clients de meubles en 2018

en millions d'euros
Figure 5 - Principaux pays clients de meubles en 2018 (en millions d'euros)
Royaume-Uni 147
États-Unis 152
Belgique 167
Espagne 172
Suisse 189
Allemagne 346
  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

Figure 5 - Principaux pays clients de meubles en 2018

  • Source : Direction générale des douanes et droits indirects.

Sources

Cette étude a été réalisée principalement à partir des résultats issus de l’enquête européenne Prodcom sur la production industrielle. Elle est alimentée en France par l’enquête annuelle de production (EAP), dont les données ont servi à enrichir les données relatives à la France.

La liste Prodcom est une liste détaillée d’environ 4 000 produits manufacturés. Les facturations Prodcom de chaque pays se restreignent aux produits réellement fabriqués sur son territoire, sans double compte. Aussi, les donneurs d’ordre ne sont pas pris en compte dans cette étude ; seuls figurent les fabricants pour compte propre et les sous-traitants.

Le champ de l’étude couvre, pour la France, les unités légales qui contribuent à la production de meubles (NAF 31), que ce soit leur activité principale ou une activité secondaire. Le détail des produits suivis par Prodcom en 2018 sur les meubles est fourni dans le fichier des données complémentaires joint à cette publication.

Les données sur les effectifs salariés des établissements producteurs de meubles sont fournies par la source Connaissance locale de l’appareil productif (Clap).

Les données sur le commerce extérieur de la France proviennent de la Direction générale des douanes et droits indirects.

Définitions

Le terme unité légale fait référence à des sociétés ou entreprises individuelles identifiées par un numéro Siren. Au sens de la loi de modernisation de l’économie, l’entreprise correspond à un regroupement d’unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et de services jouissant d’une autonomie de décision. Le règlement européen Prodcom nécessite de suivre l’ensemble du processus de transformation et donc d’interroger en unité légale pour prendre en compte la production intégrée au sein d’une même entreprise.


Branche / Branche d'activité :

une branche (ou branche d'activité) regroupe des unités de production homogènes, c'est-à-dire qui fabriquent des produits (ou produisent des services) qui appartiennent au même item de la nomenclature d'activité économique considérée. Au contraire, un secteur regroupe des entreprises classées selon leur activité principale.


Unité légale / Entreprise-unité légale :

l'unité légale est une entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être :

  • une personne morale, dont l'existence est reconnue par la loi indépendamment des personnes ou des institutions qui la possèdent ou qui en sont membres ;
  • une personne physique, qui, en tant qu'indépendant, peut exercer une activité économique.

Elle est obligatoirement déclarée aux administrations compétentes (Greffes des tribunaux, Sécurité sociale, DGI,...) pour exister. L'existence d'une telle unité dépend du choix des propriétaires ou de ses créateurs (pour des raisons organisationnelles, juridiques ou fiscales). L'unité légale est l'unité principale enregistrée dans SIRENE

Remarque :

Cette définition de l'unité légale ne doit pas être confondue avec celle de l'entreprise, considérée comme unité statistique.


Établissement :

l'établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'entreprise. Un établissement produit des biens ou des services : ce peut être une usine, une boulangerie, un magasin de vêtements, un des hôtels d'une chaîne hôtelière, la « boutique » d'un réparateur de matériel informatique...

L'établissement, unité de production, constitue le niveau le mieux adapté à une approche géographique de l'économie.

Remarque :

La population des établissements est relativement stable dans le temps et est moins affectée par les mouvements de restructuration juridique et financière que celle des entreprises.


Entreprise profilée / Entreprise issue d'un profilage :

une entreprise profilée est une unité d'observation statistique appartenant à un groupe de sociétés, résultant du profilage du groupe. Elle est en général constituée par la réunion de plusieurs unités légales, et peut être confondue avec le groupe lui-même.