Les indépendants : le rebond amorcé dans les années 2000 se poursuit en 2016

Isabelle Le Boëtté (pôle Études économiques régionales, Insee)

En 2016, 3,1 millions de personnes travaillent avec un statut d’indépendant. Après avoir reculé pendant des décennies, leur nombre croît depuis le milieu des années 2000, essentiellement dans les services. La création du régime d’auto-entrepreneur, début 2009, porte cette croissance. Fin 2016, 860 000 micro-entrepreneurs sont actifs. Leurs revenus sont faibles comparés à ceux des indépendants « classiques », en particulier les professions libérales. Les indépendants pèsent davantage dans l’emploi des territoires de tradition agricole ou touristique. La difficulté d’accès à de grands pôles d’activité peut être également liée au maintien ou à l’implantation de structures indépendantes.

Isabelle Le Boëtté (pôle Études économiques régionales, Insee)
Insee Première  No 1768 - août 2019

En 2016, plus de 3 millions de travailleurs indépendants en France

En 2016 en France hors Mayotte, 3,1 millions d’actifs en emploi (12 % d’entre eux) sont des indépendants. Les profils sont variés : agriculteurs, maçons, médecins, dirigeants de PME ou de grandes entreprises, chauffeurs de taxi, artistes, etc. Selon la forme juridique et l’activité de leur entreprise, ces indépendants peuvent être des entrepreneurs individuels « classiques », des professions libérales, des gérants ou dirigeants de société, ou exercer sous le régime fiscal des micro-entrepreneurs. Si la plupart des indépendants sont non salariés, certains dirigeants ou gérants de société exercent néanmoins sous le statut d’assimilés salariés.

Un renouveau depuis quinze ans

Depuis le milieu des années 2000, l’emploi indépendant progresse, ce qui rompt avec la tendance des décennies antérieures. La croissance est continue malgré la baisse des effectifs dans l’agriculture et le commerce de détail en magasin, notamment les métiers de bouche (boulangerie, boucherie, charcuterie, poissonnerie, etc.). La croissance récente de l’emploi indépendant non salarié repose essentiellement sur le développement du tertiaire, sous l’effet de l’extension des services et des professions de santé (figure 1).

Figure 1 - Évolution du nombre d’indépendants non salariés (emploi principal)

base 100 en 1975
Figure 1 - Évolution du nombre d’indépendants non salariés (emploi principal) (base 100 en 1975)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
1975 100 100 100 100 100,0
1976 97 97 103 99 98,0
1977 94 95 107 97 96,0
1978 92 93 111 97 95,0
1979 89 89 114 95 94,0
1980 86 88 118 95 93,0
1981 83 86 118 94 91,0
1982 80 86 115 94 89,0
1983 78 86 112 94 88,0
1984 75 82 108 93 86,0
1985 72 80 107 93 84,0
1986 69 79 107 94 83,0
1987 66 77 107 95 83,0
1988 63 76 107 96 81,0
1989 60 76 104 95 79,0
1990 56 74 100 94 77,0
1991 52 71 94 92 74,0
1992 49 68 86 88 70,0
1993 45 64 78 87 67,0
1994 42 63 76 85 65,0
1995 40 62 75 83 63,0
1996 38 60 73 82 61,0
1997 36 59 71 82 60,0
1998 34 58 69 81 59,0
1999 34 58 70 82 59,0
2000 33 58 70 81 58,0
2001 33 58 72 80 58,0
2002 32 58 73 80 58,0
2003 31 57 73 82 58,0
2004 31 57 75 84 59,0
2005 30 58 79 86 59,0
2006 29 60 84 87 60,0
2007 28 58 88 88 61,0
2008 27 58 89 89 61,0
2009 27 58 89 91 61,0
2010 26 60 95 97 64,0
2011 26 61 97 101 66,0
2012 26 62 102 106 69,0
2013 25 65 106 111 71,0
2014 25 65 105 112 71,0
2015 24 65 103 113 72,0
2016 24 64 101 115 72,0
  • Champ : France métropolitaine, personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, estimations d’emploi.

Figure 1 - Évolution du nombre d’indépendants non salariés (emploi principal)

  • Champ : France métropolitaine, personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, estimations d’emploi.

L’essor de l’emploi indépendant reflète les mutations du monde du travail

L’essor récent du travail indépendant s’inscrit plus globalement dans un processus d’évolution des formes d’emploi, long de plus d’un siècle. Prédominant en France jusqu’au début des années trente, le travail indépendant s’est ensuite progressivement réduit au profit du salariat, qui s’est imposé comme modèle d’emploi dans la société industrielle et a servi de socle à la construction du droit du travail et de la protection sociale des actifs. La réduction de l’emploi indépendant s’est poursuivie jusqu’à la fin du XXe siècle, sous l’effet d’importants gains de productivité agricole, de l’industrialisation de nombreuses activités et du développement de la grande distribution. Un retournement à la hausse se dessine au début des années 2000, lorsque les baisses s’atténuent dans l’agriculture et les petits commerces et que la croissance s’amplifie dans la construction et surtout les services. Les transformations de l’environnement économique, notamment le recours grandissant des entreprises à l’externalisation ainsi que la création, sur la période récente, de plateformes d’intermédiation, ont contribué à l’extension du travail indépendant. Plusieurs politiques publiques en faveur de la création d’entreprises ont également facilité, à partir de 2003, la création d’entreprises nouvelles.

Les mutations sont amplifiées par la mise en place de l’auto-entrepreneuriat

À la fin des années 2000, la croissance de l’emploi indépendant non agricole est amplifiée par l’apparition du régime fiscal de l’auto-entrepreneur. Depuis sa création en janvier 2009, l’auto-entrepreneuriat, remplacé fin 2014 par le micro-entrepreneuriat, s’est continûment développé : fin 2016, 860 000 micro-entrepreneurs sont économiquement actifs en France hors Mayotte. La plupart des activités de services exercées par des indépendants fondent leur croissance récente sur ce nouveau régime, nécessitant généralement peu d’investissement en capital. Dans certaines professions, le micro-entrepreneuriat a supplanté les formes traditionnelles d’emploi indépendant en l’espace de quelques années. C’est le cas des métiers de l’enseignement (formation continue, disciplines sportives ou de loisirs), des arts et du spectacle, de services spécialisés dédiés aux entreprises (design, photographie, traduction, etc.) ou aux particuliers (réparateurs de biens personnels et domestiques, thérapeutes, etc.) : en 2016, 63 % des indépendants non salariés de ces activités exercent en tant que micro-entrepreneurs. En dehors des services, les micro-entrepreneurs sont également très présents dans la construction (115 000 en 2016, soit 31 % des indépendants non salariés) et de la vente au détail sur les marchés ou à distance (81 000, soit 68 %).

Le régime micro-entrepreneur reste marginal au sein d’activités pour lesquelles une qualification professionnelle ou l’existence d’un capital s’impose : pharmacies, activités juridiques et comptables, transports routiers de fret, santé. Certaines de ces activités, pour lesquelles les formes d’emploi indépendantes restent essentiellement classiques, connaissent néanmoins une forte dynamique d’emploi. Soutenues par des besoins liés à la croissance démographique et au vieillissement de la population, les professions de sages-femmes, infirmiers et professionnels de la rééducation progressent nettement et représentent 180 000 emplois indépendants en 2016. Enfin, le régime du micro-entrepreneur est exclu des activités agricoles, pour lesquelles existe le régime du micro-bénéfice agricole depuis 2016.

Les revenus des indépendants sont très inégaux

De fortes disparités en matière de pluriactivité et de revenus d’activité existent parmi les indépendants non salariés. Les micro-entrepreneurs et les professions libérales, qui regroupent respectivement 31 % et 27 % des indépendants non salariés non agricoles en 2016, se distinguent des autres catégories (entrepreneurs individuels et gérants majoritaires de société, hors professions libérales). La pluriactivité concerne 29 % des micro-entrepreneurs en 2016, et elle est légèrement plus marquée pour les professions libérales (13 %) que pour le reste des non-salariés non agricoles (7 %, figure 2).

Figure 2 - Source principale du revenu d’activité des indépendants non salariés fin 2016, selon le régime social

en %
Figure 2 - Source principale du revenu d’activité des indépendants non salariés fin 2016, selon le régime social (en %) - Lecture : fin 2016, 71 % des micro-entrepreneurs exercent uniquement une activité non salariée, 25 % sont pluriactifs et disposent d’un revenu d’activité majoritairement salarial.
Indépendant « classique », hors profession libérale et micro-entrepreneur Profession libérale Micro-entrepreneur
Uniquement non-salarial 93 87 71
Principalement non-salarial 2 7 4
Principalement salarial 5 6 25
  • Lecture : fin 2016, 71 % des micro-entrepreneurs exercent uniquement une activité non salariée, 25 % sont pluriactifs et disposent d’un revenu d’activité majoritairement salarial.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes exerçant une activité non salariée au 31 décembre 2016, hors agriculture.
  • Source : Insee, base non-salariés 2016.

Figure 2 - Source principale du revenu d’activité des indépendants non salariés fin 2016, selon le régime social

  • Lecture : fin 2016, 71 % des micro-entrepreneurs exercent uniquement une activité non salariée, 25 % sont pluriactifs et disposent d’un revenu d’activité majoritairement salarial.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes exerçant une activité non salariée au 31 décembre 2016, hors agriculture.
  • Source : Insee, base non-salariés 2016.

Les conditions de cumul d’activités salariée et non salariée sont très différentes selon le régime social de l’indépendant. Pour les micro-entrepreneurs pluriactifs, l’activité salariée est souvent celle qui leur permet de subvenir à leurs besoins, les revenus générés par l’activité non salariée étant très faibles. En effet, quel que soit le secteur non agricole, le micro-entrepreneuriat rapporte peu : 75 % des micro-entrepreneurs économiquement actifs perçoivent moins de 680 euros mensuels (figure 3). L’activité exercée en tant que micro-entrepreneur est souvent éloignée de leur activité salariée : six fois sur dix, elle relève d’un secteur différent. Les micro-entrepreneurs qui ne sont pas pluriactifs (71 % d’entre eux) disposent parfois d’autres ressources, comme des indemnités de chômage ou une pension de retraite.

Pour les professions libérales, les revenus non salariés sont nettement plus rémunérateurs que pour les micro-entrepreneurs, même si les écarts sont marqués selon les métiers. Les revenus non salariés sont élevés pour les médecins et les dentistes (6 900 euros mensuels nets de revenu médian), les vétérinaires (5 000 euros) ou les professionnels exerçant dans le secteur des activités financières et d’assurance (5 200 euros), juridiques ou comptables (4 800 euros). Ils sont moindres dans le domaine de l’enseignement de disciplines sportives ou de loisirs (1 100 euros), d’activités de santé exercées en tant que psychologues, acupuncteurs, homéopathes, etc. (1 200 euros) et dans l’immobilier (1 700 euros). Les professions libérales les plus enclines à exercer une activité salariée en parallèle sont les médecins et les dentistes, ainsi que les professionnels de l’enseignement : ils comptabilisent plus de 20 % de pluriactifs. Pour les médecins et les dentistes, l’activité salariée est dans 95 % des cas une activité de santé hospitalière ou d’enseignement.

Figure 3 - Distribution du revenu mensuel d’activité non salarié en 2016, selon le régime social

en euros
Figure 3 - Distribution du revenu mensuel d’activité non salarié en 2016, selon le régime social (en euros) - Lecture : en 2016, un quart des professionnels libéraux perçoivent un revenu mensuel d’activité non salarié inférieur à 2 000 euros (1ᵉʳ quartile), la moitié d’entre eux un revenu inférieur à 3 800 euros (médiane) et un quart d’entre eux un revenu supérieur à 6 700 euros (3ᵉ quartile).
1ᵉʳ quartile Médiane 3ᵉ quartile
Micro-entrepreneur 79 267 677
Profession libérale 2 028 3 758 6 660
Entrepreneur individuel hors profession libérale 689 1 341 2 390
Gérant de société hors profession libérale 1 092 2 072 3 566
  • Lecture : en 2016, un quart des professionnels libéraux perçoivent un revenu mensuel d’activité non salarié inférieur à 2 000 euros (1ᵉʳ quartile), la moitié d’entre eux un revenu inférieur à 3 800 euros (médiane) et un quart d’entre eux un revenu supérieur à 6 700 euros (3ᵉ quartile).
  • Champ : France hors Mayotte, personnes exerçant une activité non salariée au 31 décembre, hors revenus nuls, hors taxés d’office, hors agriculture.
  • Source : Insee, base non-salariés 2016.

Figure 3 - Distribution du revenu mensuel d’activité non salarié en 2016, selon le régime social

  • Lecture : en 2016, un quart des professionnels libéraux perçoivent un revenu mensuel d’activité non salarié inférieur à 2 000 euros (1ᵉʳ quartile), la moitié d’entre eux un revenu inférieur à 3 800 euros (médiane) et un quart d’entre eux un revenu supérieur à 6 700 euros (3ᵉ quartile).
  • Champ : France hors Mayotte, personnes exerçant une activité non salariée au 31 décembre, hors revenus nuls, hors taxés d’office, hors agriculture.
  • Source : Insee, base non-salariés 2016.

Une forte contribution du travail indépendant dans la moitié Sud

Les régions méridionales et les départements d’outre-mer présentent des caractéristiques propices à l’exercice du travail indépendant du fait de leur structure sectorielle (figure 4), notamment la place qu’y représente le tourisme, générateur d’emplois dans l’hôtellerie, la restauration et le commerce. En Occitanie, où les indépendants représentent 15 % des actifs en emploi (12 % en moyenne nationale), le poids important de l’agriculture et un chômage élevé concourent à cet effet. En Corse, les conditions d’accès aux grands pôles d’emplois et aux commerces sont en outre plus difficiles, ce qui favorise le maintien de petites entreprises indépendantes artisanales, commerciales ou de services dans les territoires. La proportion d’indépendants y atteint 18 %.

Les indépendants pèsent peu en revanche dans l’emploi des régions septentrionales. Ce résultat renvoie notamment à leurs spécificités économiques. Dans les Hauts-de-France, les indépendants représentent 9 % des actifs en emploi. Comparativement à d’autres régions, l’économie accorde en effet peu de place au tourisme, à l’agriculture et aux services. Les diplômés du supérieur, davantage enclins à se lancer dans l’entrepreneuriat, y sont également moins nombreux qu’ailleurs. En Île-de-France, les indépendants représentent 10 % des actifs en emploi, mais dans un environnement économique différent de celui des Hauts-de-France : beaucoup de grandes structures, un accès immédiat à de grands pôles d’activités, et un taux de chômage plus faible.

Figure 4 - Part des indépendants dans l’emploi au lieu de travail en 2016 par zone d’emploi

en %
Figure 4 - Part des indépendants dans l’emploi au lieu de travail en 2016 par zone d’emploi (en %) - Lecture : en 2016, dans la zone d’emploi de Marie-Galante (Guadeloupe), 25 % des personnes en emploi sont des indépendants.
Zone d’emploi Proportion d’indépendants
0050 Mont-de-Marsan 15,2
0051 Alençon 14,0
0052 Cosne - Clamecy 16,2
0053 Mâcon 13,1
0054 Nogent-le-Rotrou 15,0
0055 La Vallée de la Bresle - Vimeu 12,0
0056 Roissy - Sud Picardie 8,3
0057 Brive-la-Gaillarde 16,3
0059 Avignon 16,2
0060 Saint-Étienne 12,6
0061 Toulouse 11,7
0101 Pointe-à-Pitre 15,4
0102 Basse-Terre 14,4
0103 Marie-Galante 25,4
0106 L'Est - Grande-Terre 26,0
0201 Le Centre agglomération 11,1
0202 Le Sud-Caraibe 18,6
0203 Le Sud 20,1
0204 Le Centre-Atlantique 18,1
0205 Le Nord-Caraibe 19,0
0206 Le Nord-Atlantique 15,3
0301 Cayenne 11,8
0302 Kourou 10,2
0303 Saint-Laurent 18,4
0401 L'Est 15,9
0402 Le Nord 10,2
0403 L'Ouest 13,8
0404 Le Sud 15,6
1101 Paris 10,4
1102 Marne-la-Vallée 7,3
1103 Coulommiers 15,0
1104 Meaux 10,3
1105 Melun 10,1
1106 Montereau-Fault-Yonne 9,9
1107 Nemours 12,0
1108 Provins 12,1
1109 Houdan 17,4
1110 Mantes-la-Jolie 10,3
1111 Poissy 8,9
1112 Rambouillet 12,1
1113 Plaisir 9,2
1114 Étampes 12,2
1115 Évry 7,4
1116 Saclay 7,7
1117 Créteil 9,0
1118 Orly 7,3
1119 Cergy 8,5
2101 Charleville-Mézières 9,9
2102 Troyes 13,2
2103 Châlons-en-Champagne 10,5
2104 Épernay 16,9
2105 Reims 10,7
2106 Chaumont - Langres 11,8
2107 Vitry-le-François - Saint-Dizier 11,1
2201 Château-Thierry 14,2
2202 Tergnier 9,9
2203 La Thiérache 13,4
2204 Laon 10,5
2205 Saint-Quentin 9,5
2206 Soissons 10,0
2207 Beauvais 10,1
2208 Compiègne 9,4
2209 Abbeville 12,4
2210 Amiens 9,1
2211 Péronne 11,0
2301 Bernay 15,4
2302 Évreux 10,4
2303 Pont-Audemer 14,9
2304 Vernon - Gisors 10,7
2305 Dieppe - Caux maritime 10,6
2306 Le Havre 7,9
2307 Rouen 8,8
2401 Bourges 10,5
2402 Saint-Amand-Montrond 18,0
2403 Vierzon 10,3
2404 Chartres 10,6
2405 Châteaudun 13,2
2406 Dreux 12,2
2407 Le Blanc 19,2
2408 Issoudun 9,9
2409 Châteauroux 13,5
2410 Chinon 11,0
2411 Loches 16,1
2412 Tours 10,3
2413 Blois 10,5
2414 Romorantin-Lanthenay 15,4
2415 Vendôme 14,4
2416 Gien 11,0
2417 Montargis 12,0
2418 Orléans 8,8
2419 Pithiviers 11,3
2501 Bayeux 15,6
2502 Caen 10,6
2503 Honfleur 16,8
2504 Lisieux 14,6
2505 Vire Normandie 14,5
2506 Avranches 15,6
2507 Cherbourg-en-Cotentin 10,6
2508 Coutances 15,3
2509 Granville 17,3
2510 Saint-Lô 12,3
2511 Argentan 14,6
2512 Flers 14,5
2513 L'Aigle 15,1
2601 Beaune 14,1
2602 Chatillon 18,8
2603 Dijon 10,5
2604 Montbard 13,2
2605 Le Morvan 26,8
2606 Nevers 10,2
2607 Autun 16,9
2608 Chalon-sur-Saône 11,8
2609 Louhans 18,0
2610 Le Creusot - Montceau 10,6
2611 Le Charolais 17,2
2612 Auxerre 12,9
2613 Avallon 15,7
2614 Sens 12,5
3110 Roubaix - Tourcoing 9,2
3111 Lille 7,9
3112 Dunkerque 7,2
3113 La Flandre - Lys 11,9
3114 Douai 8,4
3115 Valenciennes 7,3
3116 Cambrai 11,4
3117 Maubeuge 10,4
3121 Arras 9,8
3122 Lens - Hénin 7,1
3123 Béthune - Bruay 9,0
3124 Saint-Omer 9,9
3125 Calais 9,4
3126 Boulogne-sur-mer 10,3
3127 Berck - Montreuil 13,4
4101 Longwy 11,5
4102 Lunéville 10,2
4103 Nancy 9,3
4104 Bar-le-Duc 10,3
4105 Commercy 16,0
4106 Verdun 13,0
4107 Metz 9,0
4108 Forbach 9,2
4109 Sarrebourg 10,5
4110 Sarreguemines 9,4
4111 Thionville 9,1
4112 Épinal 11,6
4113 Remiremont 13,3
4114 Saint-Dié-des-Vosges 12,2
4115 Neufchâteau 13,9
4201 Haguenau 10,9
4202 Molsheim - Obernai 10,9
4203 Saverne 10,1
4204 Sélestat 11,8
4205 Strasbourg 9,1
4206 Wissembourg 10,4
4207 Colmar 10,5
4208 Mulhouse 8,8
4209 Saint-Louis 10,8
4301 Besançon 11,7
4302 Belfort - Montbéliard - Héricourt 8,7
4303 Morteau 14,6
4304 Pontarlier 14,9
4305 Dole 10,7
4306 Lons-le-Saunier 13,8
4307 Saint-Claude 13,4
4308 Gray 13,5
4309 Vesoul 12,3
5201 Ancenis 10,8
5202 Châteaubriant 17,6
5203 Nantes 11,4
5204 Saint-Nazaire 11,7
5205 Angers 10,9
5206 Cholet 11,3
5207 Saumur 13,0
5208 Segré 15,9
5209 Laval 12,1
5210 La Mayenne 16,4
5211 La Ferté-Bernard 9,9
5212 La Flèche 14,1
5213 Le Mans 9,8
5214 Sablé-sur-Sarthe 10,3
5215 Challans 17,6
5216 Fontenay-le-Comte 14,8
5217 Les Herbiers 11,0
5218 La Roche-sur-Yon 11,6
5219 Les Sables-d'Olonne 17,1
5301 Dinan 15,9
5302 Guingamp 16,0
5303 Lannion 17,1
5304 Loudéac 14,7
5305 Saint-Brieuc 14,4
5306 Brest 11,1
5307 Carhaix-Plouguer 19,3
5308 Morlaix 15,1
5309 Quimper 13,9
5310 Fougères 12,7
5311 Redon 12,3
5312 Rennes 10,6
5313 Saint-Malo 14,6
5314 Vitré 11,5
5315 Lorient 13,1
5316 Ploërmel 14,7
5317 Pontivy 15,1
5318 Vannes 15,7
5401 Thouars - Loudun 14,3
5402 Châtellerault 10,4
5403 Angoulême 13,7
5404 Jonzac - Barbezieux-Saint-Hilaire 18,9
5405 Cognac 13,8
5406 Saintes - Saint-Jean-d'Angely 15,6
5407 Royan 21,7
5408 Rochefort 16,5
5409 La Rochelle 14,0
5410 Niort 11,4
5411 Parthenay 16,7
5412 Bressuire 14,7
5413 Poitiers 11,3
7201 Bergerac 19,2
7202 Périgueux 16,4
7203 Sarlat-la-Canéda 25,3
7204 Bordeaux 12,4
7205 Libourne 15,6
7206 Pauillac 17,7
7207 La Teste-de-Buch 18,0
7208 Dax 16,8
7209 Agen 13,4
7210 Marmande 16,8
7211 Villeneuve-sur-Lot 20,5
7212 Bayonne 17,1
7213 Oloron-Sainte-Marie 20,5
7214 Pau 13,8
7301 Foix - Pamiers 15,8
7302 Saint-Girons 23,2
7303 Millau 21,6
7304 Rodez 20,8
7305 Villefranche-de-Rouergue 24,9
7306 Saint-Gaudens 17,9
7307 Auch 21,2
7308 Cahors 20,4
7309 Figeac 16,9
7310 Tarbes - Lourdes 15,5
7311 Albi 17,7
7312 Castres - Mazamet 15,9
7313 Montauban 15,9
7401 Tulle 15,2
7402 Ussel 15,5
7403 Guéret 21,5
7404 Limoges 12,7
8201 Ambérieu-en-Bugey 11,7
8202 Bourg-en-Bresse 10,2
8203 Oyonnax 10,6
8204 Annonay 11,9
8205 Aubenas 21,8
8206 Montélimar 16,5
8207 Romans-sur-Isère 13,3
8208 Valence 13,4
8209 Bourgoin-Jallieu 11,4
8210 Grenoble 11,4
8211 Vienne - Roussillon 13,9
8212 Roanne 13,1
8213 Villefranche-sur-Saône 16,5
8214 Lyon 10,1
8215 La Tarentaise 17,5
8216 Chambéry 12,3
8217 La Maurienne 15,9
8218 Annecy 13,6
8219 Le Genevois Français 13,9
8220 La Vallée de l'Arve 13,1
8221 Le Mont Blanc 20,2
8222 Le Chablais 15,9
8301 Montluçon 12,9
8302 Moulins 15,1
8303 Vichy 15,5
8304 Aurillac 16,2
8305 Mauriac 27,9
8306 Saint-Flour 26,6
8307 Brioude 19,4
8308 Le Puy-en-Velay 16,1
8309 Ambert 14,9
8310 Clermont-Ferrand 11,4
8311 Issoire 15,2
8312 Thiers 14,7
9101 Carcassonne 15,3
9102 Limoux 23,5
9103 Narbonne 17,9
9104 Alès 18,2
9105 Bagnols-sur-Cèze 13,5
9106 Nîmes 14,4
9107 Agde - Pézenas 22,2
9108 Béziers 17,7
9109 Clermont-l'Hérault - Lodève 22,2
9110 Ganges 26,0
9111 Montpellier 14,2
9112 Sète 17,7
9113 La Lozère 21,9
9114 Céret 20,6
9115 Perpignan 15,1
9116 Prades 20,2
9301 Digne-les-Bains 16,6
9302 Manosque 18,6
9303 Briançon 19,8
9304 Gap 18,3
9305 Cannes - Antibes 16,0
9306 Menton - Vallée de la Roya 19,8
9307 Nice 15,7
9308 Aix-en-Provence 14,4
9309 Arles 15,5
9310 Marseille - Aubagne 11,8
9311 Istres - Martigues 7,6
9312 Salon-de-Provence 13,2
9313 Draguignan 17,0
9314 Fréjus - Saint-Raphaël 20,2
9315 Toulon 14,3
9316 Cavaillon - Apt 18,1
9317 Orange 15,7
9401 Ajaccio 14,6
9402 Porto-Vecchio 24,9
9403 Sartène - Propriano 23,3
9404 Bastia 17,9
9405 Calvi - L'Île-Rousse 24,8
9406 Corte 17,5
9407 Ghisonaccia - Aléria 18,8
  • Lecture : en 2016, dans la zone d’emploi de Marie-Galante (Guadeloupe), 25 % des personnes en emploi sont des indépendants.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Figure 4 - Part des indépendants dans l’emploi au lieu de travail en 2016 par zone d’emploi

  • Lecture : en 2016, dans la zone d’emploi de Marie-Galante (Guadeloupe), 25 % des personnes en emploi sont des indépendants.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Les indépendants agricoles sont encore très présents dans certains territoires

Le profil des indépendants varie fortement selon l’orientation économique des territoires. Les agriculteurs sont encore majoritaires dans le Cantal, en particulier dans les zones d’emploi de Saint-Flour, où ils représentent 59 % des indépendants, et de Mauriac (52 %) (figure 5a). La Creuse, la Lozère, l’Aveyron, la Mayenne, la Sarthe, le centre de la Bretagne et le sud de la Normandie sont également des zones de forte concentration d’exploitants agricoles. L’agriculture viticole pèse moins dans l’emploi indépendant que l’agriculture d’élevage ou de culture. Son poids est conséquent dans de petits vignobles de la Marne, de Charente ou de Charente-Maritime, mais beaucoup moins dans les territoires des vignobles bordelais, bourguignons, ligériens et alsaciens, qui sont plus vastes et davantage orientés vers les services.

Le tourisme est une source d’emplois indépendants

Le tourisme génère des emplois indépendants dans l’hébergement et la restauration (figure 5b), le commerce, mais aussi dans l’enseignement de disciplines sportives ou de loisirs et les transports. Les territoires de montagne et les littoraux de métropole, de Corse et des départements d’outre-mer sont les plus concernés. En Savoie (Tarentaise, Maurienne), Haute-Savoie (Mont-Blanc, vallée de l’Arve, Chablais) et dans les Hautes-Alpes (Briançon, Gap), la proportion d’indépendants exerçant une activité d’enseignement peut atteindre jusqu’à 16 %. Dans les zones d’emploi les plus touristiques de Corse, de Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion, le poids de l’hébergement et de la restauration dans l’emploi indépendant varie de 10 % à 15 %, pour une moyenne nationale de 6 %. En métropole, les côtes bretonnes, normandes, atlantiques et méditerranéennes ainsi que les zones d’emploi de Céret et de Prades (Pyrénées Orientales) et de Sarlat-la-Canéda (Dordogne) sont d’autres territoires touristiques où l’emploi indépendant est important.

Figure 5a - Part des indépendants ayant une activité agricole en 2016 par zone d’emploi

en %
Figure 5a - Part des indépendants ayant une activité agricole en 2016 par zone d’emploi (en %) - Lecture : en 2016, dans la zone d’emploi de Briançon (Hautes-Alpes), 7 % des indépendants exercent une activité agricole.
Zone d’emploi Part des indépendants ayant une activité d'hébergement-restauration Part des indépendants ayant une activité agricole
0050 Mont-de-Marsan 5,1 31,2
0051 Alençon 4,9 29,8
0052 Cosne - Clamecy 4,7 31,8
0053 Mâcon 5,6 22,5
0054 Nogent-le-Rotrou 3,7 29,1
0055 La Vallée de la Bresle - Vimeu 8,9 22,4
0056 Roissy - Sud Picardie 4,7 2,7
0057 Brive-la-Gaillarde 6,7 25,7
0059 Avignon 5,4 13,5
0060 Saint-Étienne 5,7 12,6
0061 Toulouse 4,8 8,5
0101 Pointe-à-Pitre 6,0 6,6
0102 Basse-Terre 7,1 11,1
0103 Marie-Galante 8,0 35,4
0106 L'Est - Grande-Terre 7,8 19,6
0201 Le Centre agglomération 4,0 3,5
0202 Le Sud-Caraibe 6,8 10,5
0203 Le Sud 5,1 17,0
0204 Le Centre-Atlantique 5,9 14,9
0205 Le Nord-Caraibe 8,8 35,2
0206 Le Nord-Atlantique 2,7 27,0
0301 Cayenne 7,4 8,3
0302 Kourou 7,4 14,0
0303 Saint-Laurent 6,2 20,7
0401 L'Est 4,2 24,3
0402 Le Nord 5,7 5,5
0403 L'Ouest 6,6 9,2
0404 Le Sud 5,0 19,4
1101 Paris 4,6 0,2
1102 Marne-la-Vallée 4,3 0,8
1103 Coulommiers 3,9 14,6
1104 Meaux 4,8 6,9
1105 Melun 4,7 5,2
1106 Montereau-Fault-Yonne 5,5 6,5
1107 Nemours 4,2 15,7
1108 Provins 4,2 21,8
1109 Houdan 2,4 2,3
1110 Mantes-la-Jolie 6,2 3,8
1111 Poissy 3,5 1,4
1112 Rambouillet 4,4 6,2
1113 Plaisir 3,5 4,0
1114 Étampes 3,3 11,2
1115 Évry 4,3 2,7
1116 Saclay 3,4 1,1
1117 Créteil 4,2 1,3
1118 Orly 4,9 0,3
1119 Cergy 4,4 2,6
2101 Charleville-Mézières 6,3 17,7
2102 Troyes 4,5 30,0
2103 Châlons-en-Champagne 4,2 31,4
2104 Épernay 3,5 52,5
2105 Reims 4,2 25,0
2106 Chaumont - Langres 3,5 30,7
2107 Vitry-le-François - Saint-Dizier 4,7 29,8
2201 Château-Thierry 4,1 34,3
2202 Tergnier 5,5 12,8
2203 La Thiérache 3,9 36,1
2204 Laon 4,8 29,4
2205 Saint-Quentin 4,9 16,5
2206 Soissons 4,7 10,4
2207 Beauvais 4,6 17,8
2208 Compiègne 4,5 10,0
2209 Abbeville 7,7 25,6
2210 Amiens 5,5 21,0
2211 Péronne 6,5 30,4
2301 Bernay 4,4 21,9
2302 Évreux 4,8 13,1
2303 Pont-Audemer 7,8 17,3
2304 Vernon - Gisors 5,3 10,7
2305 Dieppe - Caux maritime 8,4 19,6
2306 Le Havre 6,2 9,9
2307 Rouen 6,1 10,8
2401 Bourges 5,4 20,7
2402 Saint-Amand-Montrond 4,8 40,1
2403 Vierzon 8,7 13,8
2404 Chartres 4,4 17,7
2405 Châteaudun 4,8 34,5
2406 Dreux 5,3 13,4
2407 Le Blanc 4,8 38,0
2408 Issoudun 6,5 24,7
2409 Châteauroux 5,7 28,6
2410 Chinon 6,2 28,6
2411 Loches 7,2 33,2
2412 Tours 5,5 11,1
2413 Blois 6,5 15,9
2414 Romorantin-Lanthenay 5,9 17,7
2415 Vendôme 5,5 27,1
2416 Gien 6,7 18,4
2417 Montargis 3,9 16,4
2418 Orléans 5,3 12,9
2419 Pithiviers 3,1 25,9
2501 Bayeux 10,3 28,0
2502 Caen 6,1 12,7
2503 Honfleur 13,2 8,6
2504 Lisieux 8,8 22,3
2505 Vire Normandie 4,5 40,9
2506 Avranches 5,8 40,7
2507 Cherbourg-en-Cotentin 6,7 27,0
2508 Coutances 8,2 30,8
2509 Granville 8,3 18,6
2510 Saint-Lô 4,9 28,9
2511 Argentan 4,5 36,6
2512 Flers 5,7 36,1
2513 L'Aigle 5,1 28,8
2601 Beaune 7,0 24,2
2602 Chatillon 6,3 36,4
2603 Dijon 5,2 14,9
2604 Montbard 5,4 33,1
2605 Le Morvan 7,2 41,2
2606 Nevers 5,5 20,5
2607 Autun 5,1 33,0
2608 Chalon-sur-Saône 4,9 18,9
2609 Louhans 6,2 26,2
2610 Le Creusot - Montceau 5,7 17,8
2611 Le Charolais 5,1 34,8
2612 Auxerre 5,2 26,8
2613 Avallon 9,7 29,9
2614 Sens 5,9 18,6
3110 Roubaix - Tourcoing 5,3 3,2
3111 Lille 5,7 2,6
3112 Dunkerque 8,6 10,1
3113 La Flandre - Lys 6,4 24,1
3114 Douai 6,2 7,1
3115 Valenciennes 6,5 5,6
3116 Cambrai 7,1 16,9
3117 Maubeuge 6,4 18,4
3121 Arras 5,4 22,7
3122 Lens - Hénin 5,6 2,5
3123 Béthune - Bruay 5,3 9,8
3124 Saint-Omer 5,5 16,5
3125 Calais 8,0 15,7
3126 Boulogne-sur-mer 8,7 13,4
3127 Berck - Montreuil 8,2 24,0
4101 Longwy 7,2 18,8
4102 Lunéville 5,1 16,9
4103 Nancy 4,7 7,9
4104 Bar-le-Duc 3,8 27,2
4105 Commercy 5,5 37,7
4106 Verdun 4,4 38,2
4107 Metz 5,3 8,1
4108 Forbach 4,1 9,2
4109 Sarrebourg 6,4 21,9
4110 Sarreguemines 5,4 12,6
4111 Thionville 6,4 7,2
4112 Épinal 5,3 19,3
4113 Remiremont 10,2 9,4
4114 Saint-Dié-des-Vosges 7,7 11,3
4115 Neufchâteau 3,6 32,6
4201 Haguenau 6,2 9,0
4202 Molsheim - Obernai 5,1 12,3
4203 Saverne 6,1 11,5
4204 Sélestat 6,9 19,5
4205 Strasbourg 5,1 2,9
4206 Wissembourg 4,3 18,8
4207 Colmar 7,5 16,5
4208 Mulhouse 5,8 6,6
4209 Saint-Louis 6,8 14,8
4301 Besançon 4,5 15,4
4302 Belfort - Montbéliard - Héricourt 6,1 10,2
4303 Morteau 5,0 29,1
4304 Pontarlier 7,3 30,2
4305 Dole 4,9 16,4
4306 Lons-le-Saunier 4,9 24,3
4307 Saint-Claude 7,9 15,4
4308 Gray 3,0 36,2
4309 Vesoul 4,5 26,8
5201 Ancenis 4,5 30,0
5202 Châteaubriant 2,9 39,8
5203 Nantes 5,0 10,1
5204 Saint-Nazaire 8,8 8,6
5205 Angers 5,5 17,6
5206 Cholet 3,5 31,7
5207 Saumur 7,4 23,6
5208 Segré 3,3 46,9
5209 Laval 4,4 37,6
5210 La Mayenne 3,4 50,1
5211 La Ferté-Bernard 5,5 28,3
5212 La Flèche 5,9 26,9
5213 Le Mans 6,2 17,6
5214 Sablé-sur-Sarthe 5,5 32,0
5215 Challans 8,9 18,1
5216 Fontenay-le-Comte 4,3 35,5
5217 Les Herbiers 4,1 36,5
5218 La Roche-sur-Yon 5,6 22,6
5219 Les Sables-d'Olonne 7,3 8,7
5301 Dinan 7,9 11,8
5302 Guingamp 4,8 33,1
5303 Lannion 7,0 22,5
5304 Loudéac 3,4 46,1
5305 Saint-Brieuc 7,9 25,4
5306 Brest 6,3 18,8
5307 Carhaix-Plouguer 6,0 44,0
5308 Morlaix 7,0 30,8
5309 Quimper 7,8 16,6
5310 Fougères 3,9 40,8
5311 Redon 9,1 20,2
5312 Rennes 5,4 19,2
5313 Saint-Malo 11,0 13,1
5314 Vitré 4,8 38,9
5315 Lorient 8,6 12,7
5316 Ploërmel 5,8 34,9
5317 Pontivy 6,5 36,1
5318 Vannes 7,9 16,4
5401 Thouars - Loudun 5,1 40,0
5402 Châtellerault 5,5 15,7
5403 Angoulême 4,9 24,5
5404 Jonzac - Barbezieux-Saint-Hilaire 5,4 36,9
5405 Cognac 3,8 33,1
5406 Saintes - Saint-Jean-d'Angely 4,6 24,9
5407 Royan 10,1 14,5
5408 Rochefort 7,3 18,5
5409 La Rochelle 7,1 9,2
5410 Niort 4,1 24,7
5411 Parthenay 3,0 33,5
5412 Bressuire 3,8 43,7
5413 Poitiers 3,8 22,0
7201 Bergerac 5,8 26,2
7202 Périgueux 6,8 19,3
7203 Sarlat-la-Canéda 14,2 20,0
7204 Bordeaux 5,1 6,8
7205 Libourne 3,6 23,9
7206 Pauillac 8,9 18,6
7207 La Teste-de-Buch 6,6 7,0
7208 Dax 7,0 13,6
7209 Agen 5,3 21,0
7210 Marmande 4,6 29,5
7211 Villeneuve-sur-Lot 5,4 29,7
7212 Bayonne 6,6 13,4
7213 Oloron-Sainte-Marie 6,9 37,0
7214 Pau 4,8 21,1
7301 Foix - Pamiers 6,9 16,1
7302 Saint-Girons 9,5 24,9
7303 Millau 5,3 36,5
7304 Rodez 5,7 41,5
7305 Villefranche-de-Rouergue 4,6 33,2
7306 Saint-Gaudens 6,9 20,2
7307 Auch 3,8 38,8
7308 Cahors 5,0 25,7
7309 Figeac 7,3 29,6
7310 Tarbes - Lourdes 7,3 18,5
7311 Albi 4,0 23,1
7312 Castres - Mazamet 5,0 20,1
7313 Montauban 4,9 24,0
7401 Tulle 6,7 30,5
7402 Ussel 6,3 41,9
7403 Guéret 4,8 44,1
7404 Limoges 5,8 20,2
8201 Ambérieu-en-Bugey 6,2 11,6
8202 Bourg-en-Bresse 6,1 14,3
8203 Oyonnax 6,7 10,3
8204 Annonay 6,3 12,8
8205 Aubenas 11,3 18,7
8206 Montélimar 6,9 19,2
8207 Romans-sur-Isère 3,5 13,2
8208 Valence 5,8 17,1
8209 Bourgoin-Jallieu 4,6 10,6
8210 Grenoble 6,1 7,3
8211 Vienne - Roussillon 5,7 16,4
8212 Roanne 7,1 19,5
8213 Villefranche-sur-Saône 4,8 18,3
8214 Lyon 4,6 3,9
8215 La Tarentaise 10,8 5,1
8216 Chambéry 5,9 8,6
8217 La Maurienne 12,2 9,4
8218 Annecy 6,5 7,3
8219 Le Genevois Français 6,2 8,9
8220 La Vallée de l'Arve 11,6 3,0
8221 Le Mont Blanc 10,8 5,3
8222 Le Chablais 12,6 4,9
8301 Montluçon 5,4 26,6
8302 Moulins 5,6 37,6
8303 Vichy 6,4 21,1
8304 Aurillac 6,3 39,1
8305 Mauriac 5,7 51,2
8306 Saint-Flour 4,2 58,8
8307 Brioude 5,9 41,4
8308 Le Puy-en-Velay 6,3 29,7
8309 Ambert 7,1 19,4
8310 Clermont-Ferrand 6,1 16,4
8311 Issoire 6,6 25,4
8312 Thiers 7,1 15,9
9101 Carcassonne 7,6 17,8
9102 Limoux 6,6 30,1
9103 Narbonne 8,0 16,2
9104 Alès 7,3 7,9
9105 Bagnols-sur-Cèze 7,4 18,9
9106 Nîmes 5,0 8,2
9107 Agde - Pézenas 10,2 13,4
9108 Béziers 5,4 16,7
9109 Clermont-l'Hérault - Lodève 4,4 18,6
9110 Ganges 7,3 20,5
9111 Montpellier 5,6 4,1
9112 Sète 7,4 12,4
9113 La Lozère 8,0 43,6
9114 Céret 9,9 10,3
9115 Perpignan 6,2 8,5
9116 Prades 8,2 17,4
9301 Digne-les-Bains 9,9 20,3
9302 Manosque 7,8 14,5
9303 Briançon 15,1 6,7
9304 Gap 8,7 18,3
9305 Cannes - Antibes 6,3 1,6
9306 Menton - Vallée de la Roya 11,6 4,3
9307 Nice 6,5 2,3
9308 Aix-en-Provence 5,7 6,7
9309 Arles 8,6 13,9
9310 Marseille - Aubagne 5,1 1,2
9311 Istres - Martigues 6,7 2,8
9312 Salon-de-Provence 4,2 8,3
9313 Draguignan 6,7 7,2
9314 Fréjus - Saint-Raphaël 8,3 3,4
9315 Toulon 6,0 4,5
9316 Cavaillon - Apt 8,1 13,7
9317 Orange 5,6 17,0
9401 Ajaccio 8,3 7,8
9402 Porto-Vecchio 15,9 6,6
9403 Sartène - Propriano 12,8 11,6
9404 Bastia 7,5 10,5
9405 Calvi - L'Île-Rousse 14,2 12,9
9406 Corte 13,0 22,2
9407 Ghisonaccia - Aléria 7,5 25,9
  • Lecture : en 2016, dans la zone d’emploi de Briançon (Hautes-Alpes), 7 % des indépendants exercent une activité agricole.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Figure 5a - Part des indépendants ayant une activité agricole en 2016 par zone d’emploi

  • Lecture : en 2016, dans la zone d’emploi de Briançon (Hautes-Alpes), 7 % des indépendants exercent une activité agricole.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Davantage de professions de santé dans le Nord-Est et le Sud qu’ailleurs

Dans de nombreuses zones d’emploi du quart Nord-Est de la France, qu’elles soient grandes ou petites, la densité de praticiens est nettement plus élevée que la moyenne. À Lille, Nancy et Strasbourg, on compte de 260 à 350 médecins et dentistes pour 100 000 habitants, pour une moyenne nationale de 194. Il y en a autant à Montpellier, Nice, Bayonne, Sète, Porto-Vecchio, Marseille, où les besoins sont accentués par le vieillissement et la croissance de la population. Ces zones d’emploi méridionales sont aussi celles où les densités d’infirmiers, de sages-femmes et de professionnels de la rééducation sont les plus élevées de France (plus de 400 praticiens pour 100 000 habitants, pour une moyenne nationale de 266).

Sources

Le recensement de la population décrit la population à une échelle locale. Dans cette étude, il permet de mesurer l’emploi indépendant à partir des personnes en emploi ayant déclaré ce statut dans le questionnaire. Les résultats diffèrent de ceux fournis par les sources administratives du fait de différences de concepts, de champs et de méthodes. Notamment, les emplois indépendants occupés en France par des actifs résidant à l’étranger ne sont pas comptabilisés. Par ailleurs, le recensement étant construit à partir de cinq enquêtes successives, les estimations sont lissées sur cinq ans et comportent une marge d’imprécision.

La base non-salariés est issue de deux sources administratives, gérées par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) et par la caisse centrale de la Mutualité sociale agricole (CCMSA). Ces deux organismes collectent les cotisations sociales et la CSG-CRDS assises sur les rémunérations des non-salariés. La base non-salariés propose une mesure administrative de l’emploi indépendant non salarié. Tous les emplois indépendants non salariés y sont recensés, y compris ceux exercés à titre secondaire ou ayant cessé en cours d’année.

Les estimations annuelles d’emploi s’intéressent à une partie de l’emploi indépendant non salarié, déclaré dans les données administratives à la fin de l’année. Seuls les emplois « principalement » non salariés sont pris en compte. En cas de cumul avec une activité salariée, ne sont comptabilisés que les travailleurs dont l’activité indépendante non salariée procure des revenus plus élevés que l’ensemble des emplois salariés occupés au cours de l’année.

Définitions

Indépendants : la population des travailleurs indépendants est définie par l’absence de lien de subordination juridique envers un employeur, comme dans le droit du travail. Elle recouvre essentiellement des indépendants non salariés (entrepreneurs individuels, gérants majoritaires de société, micro-entrepreneurs) ainsi que des indépendants assimilés salariés (dirigeants salariés d’entreprise et gérants minoritaires de société).

Micro-entrepreneuriat, auto-entrepreneuriat : le régime fiscal d’auto-entrepreneur est mis en place au 1ᵉʳ janvier 2009. Il offre des formalités de création d’entreprises allégées, ainsi qu’un mode de calcul et de paiement simplifié des cotisations et contributions sociales, à condition que le chiffre d’affaires reste au-dessous de seuils fixés. Le régime est requalifié de micro-entrepreneuriat le 19 décembre 2014 et s’accompagne de nouvelles obligations (comme l’immatriculation au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers) et de la fin de certaines exonérations spécifiques à ce régime. Cette étude se restreint aux auto-entrepreneurs et micro-entrepreneurs économiquement actifs, ayant déclaré un chiffre d’affaires positif dans l’année ou au cours des quatre trimestres suivant l’affiliation si elle a eu lieu en cours d’année. Le régime de micro-entrepreneur ne concerne pas les activités agricoles, mais depuis le 1ᵉʳ janvier 2016 existe le régime du micro-bénéfice agricole, qui vise à simplifier et clarifier l’imposition des petites entreprises agricoles.

Professions libérales : le périmètre retenu est issu de la définition de la Direction générale des entreprises (DGE). Il s’appuie sur des critères sectoriels (pour les activités réglementées telles que les activités d’architecture, de géomètre, juridiques, de santé) et juridiques (pour des activités non réglementées, telles que les activités d’expertise et de conseil ou d’enseignement).

Revenu d’activité non salarié : le revenu d’activité des indépendants non salariés est issu de la base non salariés. Il correspond à la rémunération associée à l’activité non salariée, déduction faite des cotisations sociales payées dans l’année, mais pas des contributions sociales (CSG, CRDS). Ce revenu est rapporté à la durée d’affiliation dans l’année. Il peut correspondre à une durée de travail très variable d’un non-salarié à l’autre. Les non-salariés ne déclarant pas leur revenu sont taxés d’office par l’Acoss pour le recouvrement des cotisations. En cas d’exercice déficitaire, les revenus d’activité non salariés sont considérés comme nuls. Les revenus nuls et taxés d’office ne sont pas pris en compte dans les indicateurs de dispersion des revenus. En revanche, les indépendants non salariés aux revenus nuls ou taxés d’office sont comptés dans les effectifs.

Pluriactivité : la pluriactivité correspond à l’exercice simultané, pour un travailleur, d’une activité indépendante non salariée et d’une activité salariée. Les pluriactifs sont, dans cette étude, les personnes cumulant un emploi non salarié et un emploi salarié en fin d’année. Dans ce cas, les revenus d’activité non salariée sont comparés à la somme des salaires perçus sur l’ensemble de l’année. Il est ainsi possible de juger du poids du revenu non salarié dans l’ensemble des ressources du travailleur, et d’évaluer si ses ressources sont « principalement non salariales » ou « principalement salariales ».

Zone d’emploi : une zone d’emploi est un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements peuvent trouver l’essentiel de la main-d’œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts. Le découpage en zones d’emploi constitue une partition du territoire adaptée aux études locales sur le marché du travail.

Pour en savoir plus

Babet D., « Un travailleur indépendant sur cinq dépend économiquement d’une autre entité », Insee Première n° 1748, avril 2019.

Bertran C., Theron G., « Les revenus d’activité des non-salariés en 2016 : l’augmentation se poursuit dans la plupart des secteurs d’activité », Insee Première n° 1732, janvier 2019.

Bertran C., « Le revenu d’activité des non-salariés : plus élevé en moyenne dans les départements du nord que dans ceux du sud », Insee Première n° 1672, novembre 2017.

Emplois et revenus des indépendants, coll. « Insee Références », édition 2015.