Insee conjoncture
8 février 2019
N° 2019-33

Au quatrième trimestre 2018, l’emploi salarié privé progresse de nouveau légèrement (estimation flash)Estimation flash de l'emploi salarié - quatrième trimestre 2018

Au quatrième trimestre 2018, l’emploi salarié du secteur privé augmente légèrement : +0,1 %, comme le trimestre précédent, soit 16 200 créations nettes d’emploi après +23 000. Sur un an, il ralentit :+0,5 % (soit +106 100) après +1,0 % au troisième trimestre.

Informations rapides
No 33
Paru le : 08/02/2019
Prochaine parution le : 10/05/2019 à 08h45 - premier trimestre 2019

Hors intérim, l’emploi progresse de 0,2 %, comme au trimestre précédent

Au quatrième trimestre 2018, l’emploi salarié du secteur privé augmente légèrement : +0,1 %, comme le trimestre précédent, soit 16200 créations nettes d’emploi après +23000. Sur un an, il ralentit :+0,5 % (soit +106100) après +1,0 % au troisième trimestre. Hors intérim, il augmente de 0,2 % sur le trimestre (soit +28200) et de 0,7 % sur un an (+135100).

L’emploi salarié privé ralentit un peu dans la construction (+0,2 %, soit +2700, après +0,4 %) et se replie à peine dans l’industrie (−0,1 %, soit −2400, après 0,0 %). Sur un an, l’emploi privé s’accroît de 19 000 dans la construction et recule de 3 300 dans l’industrie.

Au quatrième trimestre 2018, l’emploi privé continue d’augmenter modérément dans les services marchands : +0,1 % (soit +13 000), comme au troisième trimestre, portant à +82 200 sa hausse sur un an. Hors intérim, sa progression est un peu supérieure : +0,2 % (soit +25 000), comme le trimestre précédent. L’emploi non marchand privé augmente à nouveau légèrement sur le trimestre (+0,1 % après 0,0 %) ; il est quasi stable sur un an (+0,1 %).

L’emploi intérimaire s’infléchit encore

Au quatrième trimestre 2018, la baisse de l’emploi intérimaire se poursuit : −1,5 %, après −1,1 % (soit −12 000 après −9 200). Sur un an, l'emploi intérimaire se replie nettement (−3,6 %, soit −29 000).

Évolution de l'emploi salarié privé : en milliers

données CVS en milliers en fin de trimestre
Évolution de l'emploi salarié privé : en milliers (données CVS en milliers en fin de trimestre) - Lecture : au quatrième trimestre 2018, les créations nettes d’emploi salarié privé dans les services marchands sont de 13 000 par rapport au trimestre précédent.
Évolution sur 3 mois Évolution sur un an Niveau
2018 2018 2018 2018
T3 T4 T4 T4
Agriculture 1,7 0,9 5,8 302,1
Industrie -1,0 -2,4 -3,3 3 087,5
Construction 5,4 2,7 19,0 1 371,2
Services marchands 15,8 13,0 82,2 12 141,0
dont intérim (*) -9,2 -12,0 -29,0 781,9
Services non marchands 1,1 2,0 2,3 2 502,1
Ensemble privé 23,0 16,2 106,1 19 403,9
  • (*) Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission.
  • Lecture : au quatrième trimestre 2018, les créations nettes d’emploi salarié privé dans les services marchands sont de 13 000 par rapport au trimestre précédent.
  • Champ : ensemble des salariés du privé ; France hors Mayotte.
  • Sources : Insee et Dares

Évolution de l'emploi salarié privé : en pourcentage

données CVS en % en fin de trimestre
Évolution de l'emploi salarié privé : en pourcentage (données CVS en % en fin de trimestre)
Évolution sur 3 mois Évolution sur un an
2018 2018 2018
T3 T4 T4
Agriculture 0,6 0,3 2,0
Industrie 0,0 -0,1 -0,1
Construction 0,4 0,2 1,4
Services marchands 0,1 0,1 0,7
dont intérim (*) -1,1 -1,5 -3,6
Services non marchands 0,0 0,1 0,1
Ensemble privé 0,1 0,1 0,5
  • (*) Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission.
  • Champ : ensemble des salariés du privé ; France hors Mayotte.
  • Sources : Insee et Dares

Encadré

Pour en savoir plus

L’estimation flash de l’emploi salarié, disponible environ 45 jours après la fin du trimestre, couvre uniquement le champ privé. Dans l’industrie, la construction et les services marchands hors intérim, elle est fondée sur des modèles d’étalonnages estimés par la Dares et l’Insee à partir des données de l’enquête Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (Acemo), et des données issues des enquêtes de conjoncture de l’Insee auprès des chefs d’entreprises. Le recours à la modélisation permet d’extrapoler à l’ensemble des entreprises les résultats de l'enquête Acemo qui ne couvre que celles d’au moins 10 salariés. Dans l’agriculture et les services principalement non marchands, les estimations sont établies en prolongeant les tendances récentes. Enfin, l’estimation flash de l’emploi intérimaire est réalisée par la Dares à partir des déclarations mensuelles des entreprises de travail temporaire adressées à Pôle emploi, auxquelles se sont progressivement substituées les déclarations sociales nominatives (DSN) à compter de mi-2016. Prochaine publication le 10 mai 2019 à 8H45.

L’estimation flash de l’emploi salarié, disponible environ 45 jours après la fin du trimestre, couvre uniquement le champ privé. Dans l’industrie, la construction et les services marchands hors intérim, elle est fondée sur des modèles d’étalonnages estimés par la Dares et l’Insee à partir des données de l’enquête Activité et conditions d’emploi de la main-d’œuvre (Acemo), et des données issues des enquêtes de conjoncture de l’Insee auprès des chefs d’entreprises. Le recours à la modélisation permet d’extrapoler à l’ensemble des entreprises les résultats de l'enquête Acemo qui ne couvre que celles d’au moins 10 salariés. Dans l’agriculture et les services principalement non marchands, les estimations sont établies en prolongeant les tendances récentes. Enfin, l’estimation flash de l’emploi intérimaire est réalisée par la Dares à partir des déclarations mensuelles des entreprises de travail temporaire adressées à Pôle emploi, auxquelles se sont progressivement substituées les déclarations sociales nominatives (DSN) à compter de mi-2016. Prochaine publication le 10 mai 2019 à 8H45.


: bureau-de-presse@insee.fr
: