Insee conjoncture
30 janvier 2019
N° 2019-23

Le PIB progresse de 0,3 % au quatrième trimestre 2018Comptes nationaux trimestriels - première estimation (PIB) - quatrième trimestre 2018

Au quatrième trimestre 2018, le produit intérieur brut (PIB) en volume progresse au même rythme qu'au troisième trimestre : +0,3 %. En moyenne sur l’année, l’activité ralentit en 2018 : +1,5 % après +2,3 % en 2017.

Les dépenses de consommation des ménages ralentissent (0,0 % après +0,4 %), de même que la formation brute de capital fixe (FBCF : +0,2 % après +1,0 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks décélère : elle contribue à la croissance du PIB à hauteur de +0,1 point après +0,5 point le trimestre précédent.

Les importations rebondissent ce trimestre (+1,6 % après −0,7 %) et les exportations accélèrent nettement (+2,4 % après +0,2 %). Au total, le solde extérieur contribue de nouveau positivement à la croissance du PIB : +0,2 point, après +0,3 point au troisième trimestre. À l'inverse, les variations de stocks y contribuent négativement (−0,1 point après −0,5 point).

Informations rapides
No 23
Paru le : 30/01/2019
Prochaine parution le : 30/04/2019 à 07h30 - premier trimestre 2019

Au quatrième trimestre 2018, le produit intérieur brut (PIB) en volume progresse au même rythme qu'au troisième trimestre : +0,3 %. En moyenne sur l’année, l’activité ralentit en 2018 : +1,5 % après +2,3 % en 2017.

Les dépenses de consommation des ménages ralentissent (0,0 % après +0,4 %), de même que la formation brute de capital fixe (FBCF : +0,2 % après +1,0 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks décélère : elle contribue à la croissance du PIB à hauteur de +0,1 point après +0,5 point le trimestre précédent.

Les importations rebondissent ce trimestre (+1,6 % après −0,7 %) et les exportations accélèrent nettement (+2,4 % après +0,2 %). Au total, le solde extérieur contribue de nouveau positivement à la croissance du PIB : +0,2 point, après +0,3 point au troisième trimestre. À l'inverse, les variations de stocks y contribuent négativement (−0,1 point après −0,5 point).

Graphique 1Le produit intérieur brut et ses composantes

Le produit intérieur brut et ses composantes ()
Consommation Investissement Variations de stocks Commerce extérieur PIB
2016-T1 0.71 0.25 -0.38 0.11 0.7
2016-T2 0.3 -0.02 -0.77 0.25 -0.2
2016-T3 0.03 0.08 0.59 -0.53 0.2
2016-T4 0.47 0.16 -0.28 0.24 0.6
2017-T1 0.06 0.53 0.79 -0.56 0.8
2017-T2 0.29 0.18 -0.76 0.94 0.6
2017-T3 0.38 0.3 0.25 -0.3 0.6
2017-T4 0.15 0.19 -0.23 0.59 0.7
2018-T1 0.18 0.06 -0.06 0.04 0.2
2018-T2 0.01 0.18 0.16 -0.19 0.2
2018-T3 0.27 0.22 -0.5 0.27 0.3
2018-T4 0.08 0.05 -0.1 0.22 0.3

Graphique 1Le produit intérieur brut et ses composantes

Figure1Le PIB et ses composantes en volumes chaînés

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2018 T1 2018 T2 2018 T3 2018 T4 2017 2018
PIB 0,2 0,2 0,3 0,3 2,3 1,5
Importations -0,5 0,6 -0,7 1,6 4,1 1,1
Dép. conso. ménages 0,3 -0,1 0,4 0,0 1,1 0,8
Dép. conso. APU* 0,1 0,3 0,2 0,3 1,4 1,0
FBCF totale 0,3 0,8 1,0 0,2 4,7 2,9
dont ENF** 0,3 1,2 1,7 0,3 4,4 3,9
dont ménages 0,5 0,2 -0,1 -0,4 5,6 2,0
dont APU* 0,0 0,4 0,0 0,7 1,6 0,7
Exportations -0,4 0,0 0,2 2,4 4,7 3,1
Contributions :
Demande intérieure finale hors stocks 0,2 0,2 0,5 0,1 2,0 1,4
Variations de stocks -0,1 0,2 -0,5 -0,1 0,2 -0,4
Commerce extérieur 0,0 -0,2 0,3 0,2 0,1 0,6
  • * APU : administrations publiques
  • ** ENF : entreprises non financières
  • Les volumes sont mesurés aux prix de l'année précédente chaînés et corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables (CVS-CJO).
  • Source : Insee

La production totale ralentit légèrement

La production totale de biens et services progresse de nouveau au quatrième trimestre 2018 (+0,4 % après +0,5 %). Elle ralentit dans les biens (+0,2 % après +0,5 %), tandis qu'elle reste dynamique dans les services (+0,5 % après +0,5 %). La production manufacturière marque le pas ce trimestre (+0,1 % après +0,6 %). La production des raffineries recule nettement (−5,5 % après +11,1 %) en raison de mouvements sociaux au mois de novembre ; la production de gaz et électricité reste peu dynamique (+0,3 % après +0,3 %). Par ailleurs, la construction est quasiment stable (−0,1 % après +0,1 %).

En moyenne sur l’année, la production totale est moins dynamique qu’en 2017 (+2,0 % après +2,6 %), notamment dans la construction (+1,1 % après +3,5 %). La production manufacturière ralentit (+0,8 % après +2,4 %). Dans les services la production ralentit aussi, bien que moins fortement (+2,3 % après +2,8 % en 2017), en particulier dans les transports.

Figure2Production, consommation et FBCF : principales composantes

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Production, consommation et FBCF : principales composantes (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2018 T1 2018 T2 2018 T3 2018 T4 2017 2018
Production branche 0,2 0,3 0,5 0,4 2,6 2,0
Biens -0,7 -0,3 0,5 0,2 2,2 0,9
Ind. manufacturière -1,0 -0,1 0,6 0,1 2,4 0,8
Construction -0,2 0,6 0,1 -0,1 3,5 1,1
Services marchands 0,6 0,5 0,6 0,6 3,2 2,9
Services non marchands 0,1 0,3 0,2 0,3 1,1 1,0
Consommation des ménages 0,3 -0,1 0,4 0,0 1,1 0,8
Alimentaire -0,3 -1,3 0,1 -0,1 0,3 -1,2
Énergie 0,7 -2,3 -0,1 -0,4 0,1 -0,8
Biens fabriqués -0,1 0,9 0,6 -1,2 2,6 1,1
Services 0,4 0,1 0,4 0,5 1,6 1,5
FBCF 0,3 0,8 1,0 0,2 4,7 2,9
Produits manufacturés -1,3 1,3 2,0 -1,4 3,7 2,4
Construction 0,2 0,6 -0,2 0,0 3,5 1,3
Services marchands 1,4 0,7 1,8 1,5 7,0 5,3
  • Source : Insee

La consommation des ménages marque le pas

La consommation des ménages ralentit nettement au quatrième trimestre 2018 (+0,0 % après +0,4 %) : la consommation en biens se replie à nouveau (−0,7 % après +0,3 %) alors que celle en services reste dynamique (+0,5 % après +0,4 %). En particulier, le net repli des dépenses en biens fabriqués (−1,2 % après +0,6 %) est lié à la baisse des achats d’automobiles qui fait suite à la forte hausse du troisième trimestre. Les dépenses en énergie reculent de nouveau (−0,4 % après −0,1 %) en raison d’une consommation de carburants peu dynamique et de températures supérieures aux normales saisonnières. Dans les services, la consommation accélère très légèrement (+0,5 % après +0,4 %).

En moyenne sur l’année, la consommation des ménages décélère légèrement en 2018 (+0,8 % après +1,1 %), notamment dans les biens.

Figure3Comptes d’agents

en %, données CVS-CJO
Comptes d’agents (en %, données CVS-CJO)
2018 T1 2018 T2 2018 T3 2018 T4 2017 2018 (acquis)
Taux de marge des SNF* (niveau) 32,1 31,7 31,9 32,0
Pouvoir d'achat du RDB** des ménages -0,5 0,8 0,3 1,4 0,9
  • * SNF : sociétés non financières
  • ** RDB : revenu disponible brut
  • Source : Insee

Figure4Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages

variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
Revenu disponible brut et ratios des comptes des ménages (variations t/t-1, en %, données CVS-CJO)
2018 T1 2018 T2 2018 T3 2018 T4 2017 2018 (acquis)
RDB 0,1 1,2 0,7 2,7 2,5
RDB (pouvoir d'achat) -0,5 0,8 0,3 1,4 0,9
RDB par uc* (pouvoir d'achat) -0,6 0,7 0,2 0,9 0,5
RDB ajusté (pouvoir d'achat) -0,3 0,7 0,3 1,5 1,0
Taux d'épargne (niveau) 13,7 14,4 14,4 14,2
Taux d'épargne financière (niveau) 3,5 4,1 3,9 4,4
  • * uc : unité de consommation
  • Source : Insee

L'investissement des entreprises ralentit, celui des ménages poursuit sa baisse

Au quatrième trimestre 2018, la FBCF totale est atone (+0,2 % après +1,0 % au troisième trimestre). L'investissement des entreprises décélère (+0,3 % après +1,7 %), notamment en raison de la baisse des achats de voitures par les entreprises. Par ailleurs, l'investissement des ménages se replie de nouveau (−0,4 % après −0,1 %), principalement en logement.

Sur l’ensemble de l’année 2018, la FBCF totale ralentit nettement (+2,9 % après +4,7 %) en particulier celle des ménages.

Figure5Ratios des comptes des sociétés non financières

niveaux en %, données CVS-CJO
Ratios des comptes des sociétés non financières (niveaux en %, données CVS-CJO)
2018 T1 2018 T2 2018 T3 2018 T4 2017
Taux de marge 32,1 31,7 31,9 32,0
Taux d'investissement 23,5 23,9 24,2 23,5
Taux d'épargne 23,0 22,9 23,6 22,7
Taux d'autofinancement 97,9 95,9 97,4 96,6
  • Source : Insee

Le commerce extérieur contribue de nouveau positivement au PIB

Les importations se redressent nettement au quatrième trimestre 2018 après avoir fléchi au troisième trimestre (+1,6 % après −0,7 %). Les exportations accélèrent de manière marquée (+2,4 % après +0,2 %) en raison du dynamisme des livraisons de matériel aéronautique et naval. Au total, les échanges extérieurs contribuent positivement à la croissance : +0,2 point après +0,3 point au troisième trimestre.

En moyenne annuelle, les exportations ralentissent (+3,1 % après +4,7 %) mais de façon moins marquée que les importations (+1,1 % après +4,1 %). Par conséquent, les échanges extérieurs contribuent davantage à l’activité en 2018 qu’en 2017 (+0,6 point après +0,1 point).

Les variations de stocks pèsent sur la croissance

Au quatrième trimestre 2018, les variations de stocks contribuent négativement à la croissance du PIB, pour −0,1 point (après −0,5 point). Cette contribution négative est principalement imputable aux matériels de transport.

Figure6Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques

niveaux, données CVS-CJO
Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques (niveaux, données CVS-CJO)
2018 T1 2018 T2 2018 T3 2018 T4 2017
En milliards d'euros
Dépenses totales 329,3 328,7 329,6 1294,3
Recettes totales 314,8 312,9 311,5 1232,7
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -14,5 -15,8 -18,1 -61,6
En % de PIB
Capacité (+) ou besoin (–) de financement -2,5 -2,7 -3,1 -2,7
  • Source : Insee

Révisions

L'estimation de la croissance du PIB au troisième trimestre 2018 est confirmée à +0,3 %. De légères révisions des différents agrégats se compensent ; elles tiennent principalement à la révision des indicateurs et à l'actualisation des coefficients de correction des variations saisonnières.

Encadré

Pour en savoir plus

La publication des comptes nationaux trimestriels sera simplifiée à partir du deuxième trimestre 2019.

Comme à l’accoutumée, la Première estimation du PIB et de ses composantes (tableau économique de synthèse) sera publiée 30 jours après la fin du trimestre, soit fin avril pour le 1er trimestre.

La publication des Résultats détaillés comprenant les comptes d’agents (pouvoir d’achat des ménages, taux de marge des entreprises, déficit public trimestriel…), sera avancée de 85 à 60 jours après la fin du trimestre, soit fin mai pour les résultats du premier trimestre 2019. Les informations reçues après 60 jours seront intégrées dans la Première estimation du trimestre suivant.

Ce nouveau calendrier fait suite aux tests menés depuis 2015, qui ont montré que l’estimation des comptes d’agents obtenue à partir des informations connues à 60 jours est robuste. Par ailleurs, il s’articule mieux avec la publication de la Note de conjoncture de l’INSEE.

La publication des comptes nationaux trimestriels sera simplifiée à partir du deuxième trimestre 2019.

Comme à l’accoutumée, la Première estimation du PIB et de ses composantes (tableau économique de synthèse) sera publiée 30 jours après la fin du trimestre, soit fin avril pour le 1er trimestre.

La publication des Résultats détaillés comprenant les comptes d’agents (pouvoir d’achat des ménages, taux de marge des entreprises, déficit public trimestriel…), sera avancée de 85 à 60 jours après la fin du trimestre, soit fin mai pour les résultats du premier trimestre 2019. Les informations reçues après 60 jours seront intégrées dans la Première estimation du trimestre suivant.

Ce nouveau calendrier fait suite aux tests menés depuis 2015, qui ont montré que l’estimation des comptes d’agents obtenue à partir des informations connues à 60 jours est robuste. Par ailleurs, il s’articule mieux avec la publication de la Note de conjoncture de l’INSEE.


: bureau-de-presse@insee.fr
: